• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Ils souffrent du syndrome du nez vide

© France 3 Haute Normandie
© France 3 Haute Normandie

Opérés à la clinique Mégival de Dieppe, trois patients se mobilisent pour faire reconnaître leur souffrance.

Par Coline CHARBONNIER

video title

Syndrôme du nez vide

Ils ont le syndrôme du nez vide. Perte d'une partie de l'odorat, maux de tête, fatigue chronique... Des symptômes apparus suite à une opération du nez à la clinique Mégival de Dieppe. Plusieurs patients accusent le même chirurgien de ne pas les avoir prévenu de ces risques.

Ils sont atteints du syndrome du nez vide et ils ont décidé de créer une association pour faire reconnaître le lien entre l’ablation des cornets qu’ils ont subie et les conséquences sur leur vie quotidienne depuis l’opération.

Ils sont trois à avoir été opérés à la clinique Mégival de Dieppe. Opérés pour des problèmes d’ORL, ils ont découvert après l’opération qu’ils avaient subi une turbinectomie. Ingrid Devillepoix est en arrêt maladie depuis près d’un an à la suite de cette opération. Ce qu’elle reproche au médecin, c’est de ne pas l’avoir informée de cette ablation et des risques encourus.

Depuis son opération elle doit revêtir un masque pour protéger son nez dès qu’elle repasse son linge, fait la cuisine ou passe dans les rayons frais des supermarchés.

L’ablation des cornets l’a rendue plus sensible. Ces lames osseuses permettent en effet de filtrer l’air et d’humidifier les tissus.

Autres complications de l’opération : perte de l'odorat, vertiges, anxiété et dépression. Mais ces conséquences ne sont pas encore reconnues comme liées à l’ablation.

C’est pourquoi les trois patients de la clinique ont décidé de créer une association pour faire reconnaître la réalité du syndrome du nez vide par le monde médical. Ils ont dans ce sens demandé une audience au ministère de la Santé.

Par ailleurs, Ingrid Devillepoix a porté plainte contre le médecin qui l’a opérée à Dieppe pour absence d’information avant l’opération.

Emmanuelle Partouche et Boris Vioche ont rencontré deux des patients opérés à Dieppe. Pour voir leur reportage cliquez sur vidéo.

En 2010, près de 11 000 patients ont subi une turbinectomie en France.

Pour en savoir plus sur le syndrome du nez vide, rendez-vous sur le site de l’association.

Sur le même sujet

Le coup de gueule des pompiers de Rouen

Les + Lus