Le Havre: départ de la Transat mercredi

Décision officielle de la direction de la course

Par Marc Sadouni


Une violente tempête est annoncée dans le Golfe de Gascogne, avec un pic mardi.

Jean Maurel a pris la décision de différer le départ.






Décision applaudie par l'ensemble des skippers. La météo annonce une tempête avec des rafales jusqu'à 60 nœuds dans la nuit de mardi à mercredi, et des creux de 9 mètres.
                                                         Voyez la carte !

                                            Les infos en temps réel, c'est ici

" Une tempête historique "

Le départ de la Transat (en double) Jacques Vabre vers Puerto Limon (Costa Rica), initialement prévu dimanche, a été reporté à mercredi au plus tôt en raison d'une météo exécrable sur l'Atlantique nord, une décision saluée par la plupart des concurrents.

 "J'ai pris le temps de réfléchir, j'écoute les marins depuis plusieurs jours", a déclaré le directeur de course Jean Maurel, un ancien navigateur lui-même, avant d'annoncer ce que la plupart des observateurs anticipaient.

Une flotte de 35 voiliers répartis en trois classes -13 monocoques Imoca de 60 pieds (18,28 mètres), 16 monocoques Class 40 (12,18 mètres) et 6 trimarans Multi 50 (15,24 mètres)- devait s'élancer du Havre ce dimanche à 13h02 précises.

 Un spécialiste de Météo Consult, Cyrille Duchesne, a expliqué -diapositivesà l'appui- que s'ils étaient partis dimanche comme prévu, les navigateurs auraient été confrontés à partir de mardi à l'ouest de l'Irlande à "une véritable petite bombe, une tempête à laquelle ils n'auraient pu échapper. Ce n'était pas contournable".
 "La houle, générée au large de Terre-Neuve, sera très importante, avec des vagues
de 8-10 mètres. Ce n'est que mercredi et surtout jeudi que la situation devrait
se calmer"
.

"C'est une bonne décision, a déclaré le Britannique Mike Golding, qui devait partir avec le Belgo-Canadien Bruno Dubois à bord du 60 pieds Gamesa. J'y étais favorable. Si nous étions partis aujourd'hui (dimanche), quelqu'un aurait forcément eu des problèmes".

Selon Golding, les bateaux les plus vulnérables sont les Multi 50 et les "petits" Class 40. Mais, a-t-il souligné, "les 60 pieds ne sont pas non plus conçus pour naviguer contre le vent dans du gros mauvais temps".

La tempête qui s'annonce, barrant la route vers l'Amérique centrale, a été qualifiée d' "historique" par des experts météo britanniques, a-t-il insisté. Un remake du film "The Perfect Storm" ("La tempête") de Wolfgang Petersen en 2000.

Le Français Jean-Pierre Dick, skipper de Virbac-Paprec 3 avec son compatriote Jérémie Beyou, s'est lui aussi félicité de ce report. "Dès hier, je pensais que ce ne serait pas raisonnable, a-t-il dit.A un an du départ du prochain Vendée Globe, en novembre 2012, on ne peut prendre le risque de casser des bateaux qui valent environ 3 millions d'euros".
 "C'est une décision mature, a-t-il estimé. Nos bateaux ne sont pas construits
pour faire du saut de vagues".

 Les bateaux de course actuels n'ont jamais été aussi rapides et probablement aussi solides, mais les courses de voile peuvent vite dégénérer en catastrophes si la météo devient ingérable.

Jean Maurel a certainement encore en tête la disparition de son coéquipier Paul Vatine le 21 octobre 1999 au large des Açores lors de la même transat, qui finissait alors à Carthagène en Colombie. Leur trimaran avait chaviré et Vatine n'avait pas été retrouvé. La récupération de Maurel, par un cargo, avait été extrêmement difficile.

Plus loin dans le temps, la Sydney-Hobart 1998 entre l'Australie et la Tasmanie, avait été endeuillée par la perte de 6 navigateurs. Et en 1979, 15 marins avaient trouvé la mort dans la Fasnet Race, entre l'Angleterre et l'Irlande.

Sur le même sujet

Chevron, la sécurité dans une usine Seveso de la zone industrielle du Havre

Les + Lus