• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Les lycéens mangeront “bas-normand” en 2014

© France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie

Le conseil régional veut 80% d'aliments produits dans la région dans les cantines des lycées d'ici 3 ans.

Par Catherine BERRA

Selon un "plan régional d'alimentation et de restauration durable" adopté ce vendredi à l'unanimité lors de la cession plénière du conseil régional, en 2014 les 75 lycées de la région serviront des repas issus à 80% des produits régionaux à leurs élèves.

"C'est un pari important qui vise à la fois la qualité des produits, la santé publique et la valorisation économique de notre territoire", a indiqué François Dufour, vice-président EELV (Europe Ecologie Les Verts) du conseil régional.


La région valorisera au maximum les produits de qualité dans un cahier des charges à travers les produits labellisés de notre région.

La part des "circuits courts, c'est-à-dire de produits de la région" est aujourd'hui d'environ 15%, a précisé l'ancien porte-parole national de la Confédération Paysanne.

Les élus régionaux, toutes tendances confondues, espèrent ainsi "stabiliser l'emploi agricole" alors que 26 exploitations disparaissent chaque semaine tandis qu'en formation agricole il y a toujours autant de candidats

Laurent Beauvais, président PS de la région, a précisé que ce plan se fera à budget constant. Mais "si ça coûte plus cher on assumera", a-t-il précisé.

François Dufour aimerait dans la foulée engager des démarches auprès des autres collectivités gestionnaires de restaurations scolaires de la région (départements, agglomérations, villes) afin de créer une demande suffisante pour assurer assez de débouchés aux producteurs locaux.

 

Les autres décisions du conseil régional :

Création du Centre de Référence de l'Huître, adoptée à l'unanimité.

Après les baisses de productivité et les mortalités estivales qui touchent la filière conchylicole, les problèmes rencontrés par les professionnels s'accentuent depuis 2008 avec les mortalités récurrentes de naissains, liées à la présence d'un virus de type herpès.

En créant le Centre de Référence de l'Huître, la Région Basse-Normandie, aux côtés de l'Université de Caen-Basse-Normandie, des départements de la Manche et du Calvados, de l'Etat, de l'IFREMER, du Syndicat Mixte pour l'Equipement Littoral et du Comité Régional de la Conchyliculture Normandie Mer du Nord, met en place une synergie de recherche fondamentale et appliquée, de développement zootechnique, de test in situ…

Pilotés par le Professeur Michel Matthieu, les grands axes de recherche du CRH porteront sur les mortalités estivales, les mortalités associées à la présence de pathogènes, l'évolution et la modélisation des écosystèmes conchylicoles et l'amélioration des pratiques culturales, associées aux projets de diversification.

Domicilié administrativement à l'Université Caen Basse-Normandie, le CRH est conçu sur le principe d'un "institut sans mur", c'est-à-dire que les programmes de recherche se dérouleront au plus près des acteurs de la filière.


Investissements dans les CFA, adoptés à l'unanité.

La Région se mobilise pour permettre aux apprentis bas-normands de suivre leur formation dans les meilleures conditions. Aussi, le programme pluriannuel d'investissements immobiliers dans les CFA pour la période 2010-2018 a-t-il été réactualisé. Il permet de répartir équitablement les efforts financiers, 63 millions d'euros au total, vers l'ensemble des CFA de Basse-Normandie qui souhaitent améliorer leurs locaux et notamment, les bureaux, ateliers, internats, vestiaires, foyers…

Sur le même sujet

Qui connaît les mesures de restriction d'eau ?

Les + Lus