• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

McArthurGlen n'a pas dit son dernier mot

© Utilisation avec l'accord de Bach Partenaires
© Utilisation avec l'accord de Bach Partenaires

Le promoteur du village des marques revient à l'assault avec un nouveau projet, qui a franchi une première étape.

Par CL

La commission départementale d'aménagement commerciale (CDAC) réunie à Evreux, mercredi matin, s'est prononcée en faveur du nouveau projet de McArthurGlen.

Il y a un an le premier projet de village des marques, était voté.

La commission nationale avait finalement rejeté l'offre du groupe britannique en novembre dernier.

Nombreux étaient les opposants au futur résident du terrain vague, en lisière de l'autoroute A13, à Douains : élus locaux, commerçants du centre-ville de Vernon...

Retour à la case départ. Mais McArthurGlen n'a pas dit son dernier mot. Et riposte ce mois-ci, en lançant une seconde proposition. Une version "allégée" selon les élus ébroïciens, du projet précédent.

Un village des marques : nouvelle version

Le promoteur a revu ses croquis et par la même occasion, ses ambitions à la baisse.

Le village de Douains version 2 se veut donc plus proche des attentes de la CDAC. Il sera aussi plus petit : les surfaces bâties ont diminué de 3 000m² (de 25 000  à 22 000). Quant aux surfaces de vente, elles compteront 4 000m² en moins (de 19 000 à 15 000).

Le village de McArthurGlen devrait attirer près de 2,5 millions de visiteurs et engendrer la création de 594 emplois; près de 200 dans le secteur du BTP lors de la phase de travaux, qui durera entre 18 à 24 mois.

Les élus locaux, notamment ceux de la CAPE (Communauté d'agglomération des Portes de l'Eure) voient cette nouvelle proposition d'un bon oeil. Le territoire étant touché par un manque important d'attractivité et d'opportunités d'emploi.

Ils souhaitent par ailleurs accélérer les démarches avant d'être concurrencer par un autre projet, celui du promoteur Hammerson, qui entend développer un nouveau centre commercial à Mantes-la-Jolie, c'est à dire, à une vingtaine de kilomètres de là.

Pour le village de McArthurGlen et ses partisans, une première étape est franchie.

Mais les rebondissements connus l'an dernier laissent planer le doute sur un avis favorable de la commission nationale.

Sur le même sujet

Rouen port céréalier : bons chiffres 2018

Les + Lus