• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Pierre Levesque suspendu un an

© France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie

Il est privé de ses licences d'entraîneur et de driver après un contrôle positif de l'un de ses trotteurs.

Par Catherine BERRA

La sanction est tombée mercredi 24 août. C'est pour récidive que Pierre Levesque est si durement sanctionné.


Ranch Wood, l'un de ses pensionnaires, a été contrôlé positif à la Bethametasone le 2 juin dernier à Dozulé dans une épreuve réservée aux apprentis lads jockeys.

Cette très lourde peine est assortie d'une amende de 15.000 euros. Mais jeudi, Pierre Levesque annonçait qu'il allait faire appel.

Anéanti dans un premier temps par la sanction qui lui est infligée le célèbre entraîneur-driver de la Manche, plusieurs fois vainqueur du Prix d'Amérique, est bien décidé à se battre.  


Une telle sanction aura en effet des conséquences graves pour lui et pour son entreprise, tant au niveau financier que social. "On m'empêche de travailler pendant un an et je n'ai pas les moyens de supporter tout ça. Je vais donc faire une vente importante de mon effectif et une grande partie de mes employés devra être licenciée, ce qui est regrettable", a-t-il déclaré à Paris-Turf.


La béthamétanose, un glucocorticoïde aux propriétés anti-inflammatoires et immunosuppresseur, est une substance médicamenteuse utilisée par beaucoup de vétérinaires.


Difficile de parler de dopage dans ce cas précis, puisque apparemment, Pierre Levesque a suivi les consignes de son vétérinaire en administrant cet anti-inflamatoire à son cheval. Il a respecté le délai de rémanence du médicament, attendant deux semaines après l'infiltration, pour faire à nouveau courir son trotteur.

Mais cela s'est révélé insuffisant. "Le problème que l'on avait avec Pierre Levesque et que les commissaires ont jugé, ce sont les récidives", a expliqué Guillaume Maupas, directeur technique du Cheval Français.

Sur le même sujet

Le coup de gueule des pompiers de Rouen

Les + Lus