• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Trouville : condamnation en appel

© France 3 Basse-Normandie
© France 3 Basse-Normandie

Un homme a été condamné jeudi à deux ans de prison dont un avec sursis pour l'incendie d'une halle de mareyeurs en 2008.

Par Catherine BERRA

Cet homme de 47 ans avait été reconnu coupable de ces faits mais irresponsable pénalement en première instance.

La cour d'appel a par ailleurs confirmé la relaxe de cet homme pour un premier incendie en 2006 qui avait détruit la halle au poissons classée patrimoine historique à Trouville.

Les mareyeurs avaient provisoirement trouvé refuge dans celle qui a brûlé ensuite en 2008.

Pour la cour d'appel, le prévenu ne souffrait que d'une altération du discernement au moment des faits de 2008 et non d'une abolition, comme l'avait estimé le tribunal de Lisieux en novembre 2010.

Après les faits, le prévenu a téléphoné au responsable technique de la ville et a "même intercepté un véhicule des pompiers, ce qui démontre qu'il avait conservé une part de lucidité", écrit la cour dans son arrêt.


Les juges se sont appuyés notamment sur deux experts tous deux inscrits près la Cour de cassation et qui donc "ont expérience plus importante" que les autres.

En première instance, le parquet, qui a ensuite fait appel, avait requis deux ans ferme contre le prévenu, qui avait déjà été condamné pour l'incendie du centre de secours de Deauville en 1996.


Classée au patrimoine historique, la halle de style traditionnel normand détruite par le premier incendie en septembre 2006 datait des années 1930 et venait d'être restaurée.


Pour son incendie les juges de Lisieux avaient estimé que "la preuve de la culpabilité n'était pas suffisamment rapportée". Durant le procès, les experts s'étaient montrés divisés sur l'origine criminelle ou accidentelle du sinistre.



La poissonnerie a rouvert le 9 juillet 2011

Le bâtiment a été inauguré par le maire de Trouville le samedi 9 juillet dans une ambiance de fête. "Cela donne la chair de poule" confie un trouvillais. Un autre ajoute : "les bateaux vont pouvoir débarquer comme avant. Les poissonniers sont à leur place : on va retrouver une vie normale".


Installée depuis 1936 sur le quai Fernand Moureau, du nom du maire qui l'a faite construire, la halle aux poissons est l'un des symboles de Trouville, le monument qui affirme son identité de port de pêche. Sa structure en béton armé ornée de faux pans de bois, son échauguette d'angle et son entrée inspirée de la Lieutenance de Honfleur sont caractéristiques de l’architecture néo-normande en vogue à l’époque.

Après l’incendie de 2006, il aura fallu cinq années de travaux et un investissement total de quatre millions d’euros pour redonner tout son lustre à cet édifice avec deux challenges : respecter les plans d’origine de l’architecte trouvillais Maurice Vincent et la remettre aux normes sanitaires de 2011.

Mission accomplie.

Sur le même sujet

Vie de châtelain extrait pose enduit - Vachement Normand ! sept 2019

Les + Lus