• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Un jeune Breton voulait attaquer Emmanuel Macron à Honfleur

Le président de la République en séjour privé à Honfleur le 1er novembre 2018 / © Charly Triballeau/AFP
Le président de la République en séjour privé à Honfleur le 1er novembre 2018 / © Charly Triballeau/AFP

Un jeune homme originaire du Finistère a été interpellé samedi 3 novembre, après avoir assuré à ses parents vouloir "attaquer" Emmanuel Macron à la machette, à Honfleur.

Par Pauline Comte

Un jeune homme de 18 ans, originaire de Châteaulin (Finistère), a été arrêté samedi 3 novembre. Il avait l'intention de s'en prendre au président de la République, lors de son séjour à Honfleur (Calvados) pendant le pont de la Toussaint.
 

Après avoir fugué au volant de la voiture de ses parents, le jeune majeur s'est présenté près de l'hôtel d'Emmanuel Macron à Honfleur, en prétendant être le neveu du chef de l'Etat, selon Ouest France. Sa disparition avait été signalée par ses parents. Les forces de l'ordre l'ont donc facilement identifié et ont prévenu la famille.
 

Attaque avec une machette

Le contact renoué, le jeune homme a révélé à ses parents s'être rendu à Honfleur, dans le but d' "attaquer le Président" avec une machette. Une déclaration que le Breton a confirmée lors de sa garde à vue à la gendarmerie de Châteaulin (Finistère), où ses parents l'ont conduit. L'arme tranchante, achetée quelques jours avant à Quimper, a été saisie par les gendarmes.

Au vu de son état psychologique, un médecin l'a jugé incompatible avec la garde à vue. Le Finistérien a alors été emmené à l'hôpital psychiatrique de Gourmelen à Quimper, d'après France Bleu Breizh Izel.

L'affaire a été confiée à la brigade de recherches de la gendarmerie de Châteaulin. Mercredi 7 novembre, Thierry Lescouarc'h, procureur de la République de Quimper, a confirmé que" le jeune homme a été arrêté samedi et placé en garde à vue pour menace de mort contre le président de la République, au groupement de gendarmerie de Quimper". Il a ajouté que le Breton interné est un individu "totalement inconnu de tous les services, qui n'est pas radicalisé".

A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus