Après les attentats, le Mont-Saint-Michel est déserté par les touristes

Publié le Mis à jour le
Écrit par CM

L'onde de choc économique des attentats qui ont touché Paris se répercutent en Normandie, notamment au Mont-Saint-Michel, premier monument français visité hors de la ville de Paris et de la région parisienne. Les annulations de réservation se multiplient ces derniers jours.

Certes, ce n'est pas la pleine saison mais il est toute de même plus facile que d'ordinaire de circuler sur le Mont depuis quelques jours. Les répercussions des attentats de Paris se ressentent jusqu'en Normandie. Les touristes semblent avoir déserté la Merveille. Restaurants avec un nombre de couverts divisé par deux, magasins de souvenirs, personne n'est épargnée. "Quand vous voyez ce qui s'est passé à Paris et dans d'autres pays, il n'y a pas que l'argent, c'est un temps, on verra après", déclare, philosophe, Emmanuel Conan, responsable du magasin "Les Mouettes".

Poru certains, en revanche, difficile de faire preuve de la même philosophie quand leur emploi est en jeu. Chez les hôteliers, on enregistre actuellement beaucoup plus d'annulations que de réservations. En cette saison, le site accueille traditionnellement bon nombre de jeunes touristes japonais. Compte tenu des événements récents, leurs parents préfèrent les garder "à la maison". Le groupe hôtelier Sodetour a donc décidé de fermer quatre de ses huit établissements sur 8 à partir du 30 novembre pour une période de quatre mois. 68 salariés vont se retrouver en chômage partiel voire total.

Reportage de Jean-Baptiste Pattier et Joël Hamard
Intervenants:
- Gilles Gohier, président de Sodétour
- Matthieu Gaulois, Responsable Auberge Saint-Pierre
- Emmanuel Conan, responsable du magasin "Les Mouettes"

durée de la vidéo: 02 min 07
Après les attentats, le Mont-Saint-Michel est déserté par les touristes