Dans la Manche, les Pluies de juillet, un festival entre écologie et culture pour "ouvrir le champ des possibles"

La quatrième édition du festival Les pluies de juillet se déroule du 8 juillet au 11 juillet à Villedieu-les-Poêles-Rouffigny dans la Manche. Un festival à la majorité des animations gratuites et libres d’accès pour toucher le plus grand nombre.
La quatrième édition des Pluies de Juillet à Villedieu-les-Poêles-Rouffigny, dans la Manche, le 10 juillet 2021.
La quatrième édition des Pluies de Juillet à Villedieu-les-Poêles-Rouffigny, dans la Manche, le 10 juillet 2021. © Noémie Marot-Saféris / FTV

Celui qui lors de sa création se voulait être une blague n’a rarement été autant d’actualité. Le festival au nom singulier des Pluies de juillet ne pouvait pas mieux porter son nom que pour cette 4e édition, rythmée par la pluie et les éclaircies. S’ils sont moins nombreux que d’habitude dans les allées de Villedieu-les-Poêles-Rouffigny dans la Manche, les visiteurs ont bien investi les différentes tentes, scènes et autre salle destinées aux activités diverses proposées par les organisateurs de l’événement.

Ce festival, c’est pour nous l’opportunité de sensibiliser le plus largement possible, c’est pour ça que la majorité des activités est gratuite et libre d’accès, on voulait vraiment qu’il n’y ait pas de barrières à l’entrée.

Mathilde Lamotte D’argy, cofondatrice du festival et responsable communication

"Du cinéma, des concerts, des conférences, des ateliers", énumère dans un grand sourire Mathilde Lamotte D’argy, cofondatrice du festival et responsable communication. C’est la jeune femme de 24 ans et son père qui sont à l’origine de ce projet auquel se sont joints une dizaine d’amis. "On mêle art et sensibilisation parce qu’on pense que l’art permet que le festival soit joyeux au delà des constats dramatiques, mais aussi ça permet d’ouvrir le champ des possibles, de stimuler l’imaginaire des gens, de faire prendre conscience qu’un autre récit peut exister."

Le programme des Pluies de Juillet 2021.
Le programme des Pluies de Juillet 2021. © Noémie Marot-Saféris / FTV

Et Mathilde est bien placée pour en parler puisque le festival est la conséquence d’un déclic après le visionnage d’une oeuvre bien particulière. "La première fois que j’ai eu une prise de conscience assez forte c’est le documentaire de Cyril Dion et Mélanie Laurent qui s’appelle Demain, c’est vraiment ce film qui est à la genèse de ce projet. Parce qu’il pose à la fois un constat vraiment dramatique et très inquiétant et en même temps son concept est de montrer un panel de solutions à travers le monde, il montre que c’est possible de s’engager à son échelle", étaye-t-elle.

"Les grands changements arrivent par l’émotionnel"

C’est ce dernier point qui est au coeur du festival monté par ce groupe à l’âge moyen de 25 ans : parler de transition écologique et culturelle, sensibiliser tout en apportant des solutions dans une ambiance qui se veut "joyeuse". De l'échange et du partage, un cocktail qui a séduit Etienne et Sophie, deux jeunes adultes originaires de Paris et Lyon. "A la base, c’est plutôt les conférences et les documentaires proposés qui m’ont tenté", débute Sophie. "Et on sort d’une période un peu difficile, c’était la possibilité de venir un peu au vert et de retrouver l’engouement des festivals pour la musique et la stimulation intellectuelle avec les échanges, la croisée des deux était assez attractive", emboîte Etienne.

Un concert lors de la 4ème édition des Pluies de juillet, le 10 juillet 2021.
Un concert lors de la 4ème édition des Pluies de juillet, le 10 juillet 2021. © Noémie Marot-Saféris / FTV

Pendant trois jours, les débats s'enchaînent sur des thèmes variés, de l'agriculture à la démocratie en passant par le rôle de la culture : une remise en question permanente dans un lieu où se côtoient climatologues, scientifiques, auteurs et comédiens. Un mélange pas si étonnant que cela pour Samuel Valensi, auteur et metteur en scène de la compagnie de théâtre La poursuite du bleu. "Quand on est artiste tôt ou tard on s’inscrit dans une réalité, on doit remettre en question la façon dont on produit et aussi les messages qu’on adresse. Surtout, je crois que les grands changements ils arrivent par l’émotionnel, s’il suffisait de lire les rapports du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat NDLR) pour comprendre tout ce qu’il y a à faire et changer le monde, il aurait déjà changé."

Les fictions, les récits transforment la façon dont on voit les choses, nous donnent envie d’agir. C’est l’émotionnel souvent qui nous pousse à agir. Il y a qu’à voir le contexte de crise cette année qui a fait prendre de très grandes décisions à beaucoup d’organisations. Mieux on est informé sur ces crises-là, qu’elles soient économiques, sociales, écologiques, plus on est capable de les raconter, et de les incarner par des personnages et c’est là qu’on provoque des prises de conscience.

Samuel Valensi, auteur et metteur en scène de la compagnie de théâtre La poursuite du bleu

Un projet qui a trouvé son public

En tout cas, le festival semble avoir trouvé un écho dans la région avec plusieurs milliers de spectateurs chaque année. Même si la reprise avec le Covid-19 toujours en toile de fond est plus poussive, malgré la réception dans une salle comble la veille d’une conférence en compagnie de Nicolas Hulot. "On voit que le projet prend de l’ampleur, à la fois auprès des habitants de Villedieu et des alentours, des collectivités territoriales, des partenaires privés. Je pense qu’on fait maintenant partie du paysage culturel de la Manche et c’est hyper encourageant de voir à quel point on est soutenu par les collectivités publiques", s’enthousiasme Mathilde reconnaissante.

Carole, membre du collectif citoyen pour le climat, qui réalise de la médiation scientifique pour essayer de rendre accessible les rapports du Giec, regrette tout de même une chose. "Chaque jour qui passe où on n'agit pas est du temps perdu. Chaque degré pris c’est des conséquences énormes. Ici c’est un mélange, il y a des actions concrètes, le four solaire, l’alimentation végétarienne et à la fois des conférences, mais ce qui manque pour le coup c’est les élus. On fera la transition tous ensemble et aujourd’hui leur absence manque peut-être un peu."

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
écologie environnement festival événements sorties et loisirs culture musique