Cet article date de plus de 3 ans

" Granville: corsée, corsaire, chavirante"

Coup de projecteur sur un beau livre consacré à Granville, un album de textes et de photos concoctés par deux amoureux de cette ville pas comme les autres. 

© Jean-Yves Desfoux
" C'est un port de la Manche qui en a sous le coude, un bout du monde, un terminus des beaux été, le roc où l'on décroche et qui plonge son mufle dans le grand bleu. On y cicatrise de tout un tas de choses. le sel, sans doute. C'est un port d'attache attachant...des bateaux et des bulots, des jardins diorissimes d'élégance"...Vous l'avez reconnue? C'est Granville; sous la plume de François Simon, grand reporter à Ouest France, aujourd'hui retraité. Avec son ami photographe, Jean-Yves Desfoux, ils ont croqué la cité corsaire en près de 150 pages. Bien sûr, il y a les bateaux. Du temps du bois, chêne ou acajou, de ces vieux gréements qui " composent comme un tableau de maître". Evidemment aussi, le Marité. Trois mâts, treize voiles, six vies, le dernier temoin navigant et fringuant de la grande aventure morutière de Terre Neuve. Il va comme un gant à l'histoire maritime de Granville. Et puis la Granvillaise, bisquine blanche , meilleure ennemie de la noire cancalaise. 
Le Marité part en goguette
Le Marité part en goguette © @jeanyvesdesfoux

On ira aussi traîner du côté du Plat-Gousset, se prendre une vague ravageuse ou plus chic, chez Dior, sur les hauteurs. On croisera Joseph et sa casquette vissée, il y aura un air de Carnaval et on prend la mer pour Chausey, le quartier de la ville aux 365 caillous...


© @jeanyvesdesfoux

GRANVILLE -Corsée, corsaire, chavirante. OREP Editions par François Simon et Jean-Yves Desfoux,  25,90 euros. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
livres culture photographie art