Grève à l'usine Areva de La Hague

© Alexandre MARCHI / MaxPPP
© Alexandre MARCHI / MaxPPP

Une grève perturbe "fortement" depuis début décembre l'usine de retraitement des déchets nucléaires d'Areva à Beaumont-Hague (Manche), ont affirmé vendredi des syndicats.

Par AFP

Selon la direction, qui n'a comptabilisé que 10% de grévistes, l'usine est "en phase de redémarrage" après plusieurs semaines d'arrêt pour maintenance. "Les installations Areva NC de La Hague sont à l'arrêt ou fortement perturbées par un préavis de grève illimité depuis le 3 décembre", a affirmé vendredi à l'AFP Christophe Laisné de l'UNSA, reprenant une déclaration la veille au comité central d'entreprise de l'intersyndicale CGT-CFDT et Unsa/Spaen.

Jour fériés

Les grévistes contestent la suppression de la possibilité de récupérer les jours fériés, que la direction ne veut plus compenser que financièrement. Interrogée par l'AFP, la direction de la communication du site a confirmé l'objet du désaccord, mais a affirmé n'avoir compté que 200 grévistes sur 2.000 salariés présents sur site vendredi, soit 10%.

M. Laisné a contesté ce chiffre, évoquant celui de 60% de grévistes ces derniers jours, mais sans donner de précisions pour vendredi. Selon la direction, les deux usines de production du site sont "en phase de redémarrage" après avoir été en arrêt de maintenance, pour l'une de mi-octobre à mi-décembre, et pour l'autre de mi-septembre à début décembre.

Production à l'arrêt depuis mi-novembre

De source syndicale, la production devait reprendre mi-novembre, mais elle n'a pas repris, en raison de la découverte d'amiante pendant l'arrêt de maintenance, puis de la grève.

Pas d'arrêt si long depuis 10 ans

Selon M. Laisné, l'usine n'a pas connu d'arrêt aussi long depuis 10 ans. La direction indique que l'arrêt de maintenance a été "ajusté" après la découverte d'amiante, mais refuse de préciser combien de temps l'usine a été arrêtée à cause de la fibre cancérogène. "On a redémarré l'usine" après avoir "fait toute une batterie de contrôles qui ont montré qu'il n'y avait pas du tout de fibre dans l'air et après avoir balisé les équipements qui contenaient des fibres en vue de programmer leur retrait", a précisé la direction de la communication.

Sur le même sujet

Les + Lus