Le musée des Beaux-Arts de Saint-Lô en mode "coquin" ou quand le diable sa cache dans les détails

Ce mercredi 14 février, jour de la Saint-Valentin, le musée des Beaux-Art proposait une visite un peu particulière....

On dit parfois que le diable se cache dans les détails. Encore faut-il avoir l'oeil. "L'érotisme se cache partout et dès lors qu'on a la suggestion d'un nu, d'une charge grivoise ou d'un élément peut-être un peu plus léger, il suffit de regarder et d'interpréter puisque c'est aussi à chacun d'interpréter ce caractère érotique", explique Robert Blaizeau, directeur du musée des Beaux-Arts de Saint-Lô. Ce mercredi 14 février, jour de la Saint-Valentin, le musée saint-lois proposait de redécouvrir certaines de ses oeuvres avec oeil "neuf" mais aussi d'en découvrir d'autres, dormant dans ses réserves, peut-être pour ne pas choquer.


Un reportage de Pierre-Marie Puaud et Marion Lompageu
Intervenants:
- Claire Jupille, responsable des collections du Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô
- Robert Blaizeau, directeur du musée des Beaux-Arts de Saint-Lô

Une visite "coquine" pour la Saint-Valentin au musée des Beaux-Arts de Saint-Lô

 


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
peinture culture expositions art sexualité