Mondeville cherche entre 100 et 150 000 euros pour jouer la Coupe d'Europe

© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP
© PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPPP

En battant Nantes vendredi dernier, les filles de Mondeville ont décroché leur billet pour l'Eurocoupe. Mais pour le "composter", le club va devoir trouver des financements supplémentaires.

Par CM

"Si sportivement on se qualifie, ce sera une réussite pleine pour la saison qui est déjà extraordinaire", expliquait Romain Lhermitte avant le coup d'envoi du match aller face à Nantes mardi dernier. Après une première victoire sur le score de 94-87, les Mondevillaises ont de nouveau battu leurs adversaires vendredi soir lors du match retour, en creusant encore plus l'écart (64-86). Prochain rendez-vous et dernier de la saison, l'affrontement avec Basket Landes pour savoir qui finira à la cinquième place du classement. mais d'ores et déjà, le club normand a décroché son billet pour l'Eurocoupe (la "petite" coupe de 'Europe du basket féminin).


Voilà 4 ans que Mondeville n'avait pas participé à une compétition européenne (élimination en phase de poules de l'Eurocoup lors de la saison 2012-2013). Le retour des Normandes à un tel niveau est célébré comme il se doit sur la page Facebook du club (voir ci-dessus). Néanmoins, sa participation n'est pas encore actée. "On doit être très vigileant, ne pas faire comme certains clubs. On se brûle les ailes en coupe d'Europe", expliquait Romain Lhermitte la semaine dernière. Autrement dit, il faut avoir les moyens de ses ambitions.

Une joueuse pro en plus

Pour Mondeville, participer à l'Eurocoupe nécessite une rallonge budgétaire évaluée entre 100 000 et 150 000 euros. Une rallonge d'abord nécessaire pour financer les déplacements imposés par cette compétition (avec certains clubs basés en Turquie, Israël ou Russie cette année). Le club aura aussi besoin de recruter pour ne pas épuiser ses joueuses participant à la fois au championnat national et à une compéttition européenne. "il faut un septième pro pour disputer la coupe d’Europe", déclarait le coach de l'USOM à nos confrères de Sportacaen.fr ce vendredi.

Interrogée par nos confrères de France Bleu, la présidente Régina Dutacq indique ne pas vouloir "dégrader" les finances du club alors que la situation est "saine".  "L'heure actuelle, c'est négocier, voir nos partenaires, quelles sont nos possibilités". Une décison devrait être prise au plus tard la semaine prochaine.

A lire aussi

Sur le même sujet

Des haies utiles à la faune et aux chasseurs

Près de chez vous

Les + Lus