• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

A Cherbourg jusque dimanche, le navire Rainbow Warrior III de Greenpeace mène des actions contre le nucléaire

Des militants de l'ONG Greenpeace protestent contre la pollution nucléaire au large de Flamanville / © Greenpeace
Des militants de l'ONG Greenpeace protestent contre la pollution nucléaire au large de Flamanville / © Greenpeace

Le navire de l'ONG a fait escale non loin de l’usine de retraitement de déchets nucléaires Orano avant de mettre le cap vers l’EPR de Flamanville, « un échec industriel », pour protester contre le nucléaire.

Par Layla Landry

« Déchets nucléaire, ça déborde ». Voilà ce qu’on pouvait lire sur les banderoles déployées par les militants de l’Organisation Non Gouvernementale Greenpeace. Tôt ce matin, ils ont mis le cap depuis Cherbourg vers l’usine de retraitement de déchets nucléaires Orano de la Hague. Ils sont venus protester contre les rejets en mer de déchets radioactifs. Quelques zodiacs de l’ONG se sont approchés de l’usine depuis la mer comme pour la narguer. « La filière nucléaire produit des déchets radioactifs en masse, mais ce que l’on sait moins c’est qu’elle déverse aussi les rebuts de ses activités radioactives et chimiques le long des côtes françaises. C’est une énergie sale qui contamine aussi les océans », explique Yannick Rousselet, chargé de campagne sur les questions nucléaires pour Greenpeace France.
 
  • Sur Twitter, Orano se défend : 
 


Plus tard dans la matinée, c’est en direction de l’EPR de Flamanville que le navire met le cap. Dans son viseur « l’échec industriel » que représente le chantier. « Avec un prix qui a triplé et une mise en service sans cesse reportée (à minima à 2022), l’EPR de Flamanville est le symbole de l’échec industriel du nouveau nucléaire français et la preuve vivante que le nucléaire est une énergie du passé » souligne Yannick Rousselet.
 

Arrivé à Cherbourg la veille, le Rainbow Warrior III fait escale dans le Cotentin jusque dimanche avant de voguer vers d'autres causes.

 

Le Rainbow Warrior III en 4 chiffres

  • Année de construction : 2011
  • Longueur : 58 mètres
  • 100 000 personnes ont participé à son financement
  • Il compte 16 membres d'équipage

A lire aussi

Sur le même sujet

La Fédération de la Chasse 14 : une bonne année

Les + Lus