La députée LREM de la Manche Sonia Krimi demande la démission d'Eric Woerth

La députée LREM de la Manche Sonia Krimi / © IP3 PRESS/MAXPPP
La députée LREM de la Manche Sonia Krimi / © IP3 PRESS/MAXPPP

La députée du Nord-Cotentin est de nouveau à contre-courant de son groupe politique. Sonia Krimi a demandé ce vendredi qu'Eric Woerth, mis en examen dans l'enquête sur des spouçons de financement lybien de la campagne de Nicolas Sarkozy, démissionnne de la présidence de la commission des finances.

Par CM/AFP

Elle s'était faite remarquer par ses prises de position sur les centres de rétention et sur le projet de loi asile et immigration. Sonia Krimi a de nouveau marqué sa singularité ce vendredi 1er juin en exprimant publiquement un point de vue à contre-courant de celui de son groupe politique. La députée LREM de la Manche et membre de la commission des affaires étrangères a demandé sur Twitter le départ d'Eric Woerth de la présidence de la commission des finances de l'Assembéle nationale.


Le député LR  Eric Woerth a été mis en examen le 29 mai dernier pour "complicité de financement illégal" dans le dossier du financement de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. L'ex-président a lui été mis en examen en mars dernier pour "corruption passive", "financement illégal de campagne électorale" et "recel de détournement de fonds publics libyens". L'ancien ministre du budget n'entend pas (pour le moment) abandonner le fauteuil de président de la commission des finances.

Ce dernier a bénéficié du soutien de ses collègues LR mais aussi de celui du groupe de la majorité. Son vice-président et porte-parole,  Gilles Le Gendre, a jugé mercredi le député Les Républicains "légitime" à la tête de la commission des Finances, malgré sa mise en examen. Devant la commission et sous les applaudissements des députés, il a aussi
indiqué que son groupe ne rentrerait pas "dans des discussions" sur le "fond" de l'affaire, dans laquelle M. Woerth est mis en examen pour "complicité de financement illégal de campagne" en tant que trésorier à l'époque.

Cette position ne semble néanmoins pas faire l'unanimité au sein du groupe LREM. Outre Sonia Krimi, Catherine Fabre, membre (LREM) de la commission des Affaires sociales, avait estimé dés le lendemain de la mise en examen d'Eric Woerth que "ça pose surtout un problème symbolique". "Les Français sont en attente justement d'avoir des politiques exemplaires, et il faudrait vraiment que cette moralisation de la vie politique se concrétise rapidement pour qu'on regagne la confiance de l'ensemble des Français", avait-elle déclaré sur LCP.

A lire aussi

Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus