Les Pieux : le pompier pyromane aurait mis le feu pour masquer son vol

Incendie au centre de secours des Pieux le 4 mars 2019 : un pompier volontaire mis en examen / © MDA
Incendie au centre de secours des Pieux le 4 mars 2019 : un pompier volontaire mis en examen / © MDA

Un pompier volontaire vient d'être mis en examen. Agé d'une cinquantaine d'années, il est suspecté d'avoir incendié à deux reprises le centre de secours des Pieux et d'avoir dérobé 26 000 euros de la vente des calendriers. Il a été placé sous contrôle judiciaire.  

Par Pauline Latrouitte

Les pompiers sont abasourdis. Et ça se comprend au regard des faits. Depuis fin février, ils ont dû éteindre deux incendies dans leur propre caserne, pratiquement neuve.

Le premier feu s'était déclaré un matin, à 7h, dans le bureau du président de l'amicale de la caserne. L'hypothèse d'un problème électrique est alors privilégiée.


C'est à ce moment là que le président de l'amicale et son trésorier se rendent compte qu'il manque 26 000 euros. Une partie de la vente des calendriers. Cette somme permet à l'amicale de fonctionner tout au long de l’année en organisant différentes manifestations au profit des sapeurs-pompiers et de leur famille. Ils décident alors de porter plainte.
 


Une semaine après, le 4 mars, un deuxième feu provoque de lourds dégâts. Toute la partie administrative est détruite, le bureau du chef de centre, celui des officiers, celui de l'amicale, l'accueil et le secrétariat. "Et dire que nous nous étions installés ici il y a quatre ans." déplore-t-on en interne.

L'enquête de gendarmerie commence alors, avec son lot de perquisitions. Un pompier volontaire nous confie 
 

Psychologiquement, j'ai pris un coup sur la tête. C'est difficile à digérer


Mais l'équipe ne sera pas au bout de ses surprises. L'enquête révèle que le principal suspect est l'un des leurs. Il s'agirait d'un sapeur-pompier, âgé d'une cinquantaine d'années, volontaire depuis près de quinze ans. 

L'information a été rendue publique ce lundi par nos confrères de la Presse de la Manche. D'après le quotidien, l'homme a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire. 
 

Sur le même sujet

Les + Lus