La pluie réussit au véritable Cherbourg

A droite, Charles Yvon, directeur général du Véritable Cherbourg
A droite, Charles Yvon, directeur général du Véritable Cherbourg

Créé en 1986, le Véritable Cherbourg produit chaque année 10 000 parapluies, à l'épreuve des intempéries et parfois plus. L'entreprise connait une forte croissance cette année et vise l'international. 

Par C Normand

La pluie et Cherbourg, c'est un peu une histoire d'amour dont le parapluie est le symbole. Sur grand écran d'abord puis, depuis une trentaine d'années, dans les mains de milliers d'usagers. Quand Jean-Pierre Yvon créée en 1986 sa marque de parapluies il emprunte à la capitale du nord-Cotentin son blason. Avec le temps, le Véritable Cherbourg est devenu l'un des emblèmes de la ville. "Ça arrive de temps en temps qu'une personne vienne avec un parapluie qui appartenanit à sa maman, les larmes aux yeux nous demandant de le réparer. C'est plus qu'un objet : il y a un savoir-vivre, il y un patrimoine, c'est un objet qui se transmet de génération en génération, on est au-delà de l'objet basique", affirme l'actuel patron, Charles Yvon.
 
La pluie réussit au Véritable Cherbourg
Reportage de Sylvain Rouil, Carole Lefrançois, Franck Leroy et Bastien Odolant

Le Véritable Cherbourg est labellisé entreprise du patrimoine vivant. La fabrication d'un parapluie nécessite 48 opérations, toutes effectuées à la main. Ses couturières sont les gardiennes d'un savoir-faire jalousement gardé et reconnu. Conçus dans une ville rarement choyée par le temps, ses modèles se distinguent notamment par leur résistance. Le parapluie anti-bourrasque supporte ainsi des vents allant jusqu'à 156 km/h. Le parapactum, lui, a été validé par les services secrets français et assure la protection des "grands" de ce monde. Un parapluie d'exception qui a un prix : 12 000 euros contre 130 euros pour l'entrée de gamme.

Malgré un ticket d'entrée déjà élevé, la production made in Cotentin séduit. L'entreprise connait une croissance de son chiffre d'affaire de 15 % cette année; Après avoir conquis le marché français, elle vise désormais l'international et a particulièrement des vues sur le Japon.
 

Sur le même sujet

Festival Ouest Park au Havre

Les + Lus