Le “plus grand champ d'éoliennes en mer au monde” va s'équiper à Cherbourg

Le prototype de l'éolienne Haliade X sera finalement implanté sur le port de Rotterdam / © GE Renewable energy
Le prototype de l'éolienne Haliade X sera finalement implanté sur le port de Rotterdam / © GE Renewable energy

Un parc éolien en mer en cours de développement au large de la Grande-Bretagne sera équipé de l'Haliade-X, l'éolienne géante de General Electric fabriquée à Saint-Nazaire et à Cherbourg.

Par AFP

GE Renewable Energy sera le "fournisseur privilégié des éoliennes" de Dogger Bank Wind Farms, co-entreprise du norvégien Equinor et du britannique SSE Renewables, retenue mi-septembre pour développer au large du Yorkshire "le plus grand champ d'éoliennes en mer au monde". La première phase du projet serait opérationnelle en 2023. Le volume global potentiel serait de 400 éoliennes à fabriquer. 
    
Cet équipement est présenté par GE comme "l'éolienne en mer la plus puissante au monde" avec 12 MW. Elle est fabriquée à Saint Nazaire pour les nacelles et Cherbourg pour les pales.

Des emplois pour Cherbourg


Il y a deux semaines, un premier contrat a déjà été annoncé pour deux projets offshore aux Etats Unis.  Les élus de Port Normandie estiment dans un communiqué que ces deux contrats sont une "excellente nouvelle pour Cherbourg en Cotentin et pour la Normandie. A la clef, ce sont des centaines d'emplois directs garantis sur au moins cinq ans et du travail pour de très nombreux sous-traitants. "

Il s'agira du "premier parc éolien d'Europe à installer et exploiter ces turbines innovantes", s'est félicité mardi dans le communiqué Paul Cooley, directeur des projets d'immobilisation de SSE Renewables. "Cette technologie pionnière à faible émission de carbone jouera un rôle essentiel pour aider le Royaume-Uni à atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050", ajoute-t-il.
 
    
Cette nouvelle éolienne Haliade-X 12 MW avait déjà été choisie par le groupe danois Ørsted pour deux de ses parcs en mer américains. Ørsted devrait ainsi en être le premier exploitant.
    
Au total, le parc éolien britannique se composera de trois projets de 1,2 GW situés en mer du Nord, à 130 km environ des côtes, un investissement de 9 milliards de livres (10,2 milliards d'euros). La construction à terre devrait intervenir début 2020, et la production d'énergie commencer en 2023.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

ITW Intégrale de JP Nataf

Les + Lus