Quand les Australiens s'installent à Cherbourg pour rester

© WILLIAM WEST / AFP
© WILLIAM WEST / AFP

Depuis la signature du "mégacontrat" entre l'Australie et Naval Group Cherbourg, de nombreux Australiens sont arrivés à Cherbourg, parfois pour le long terme.

Par Q.V avec Sylvain Rouil

Dans cette école bilingue de Cherbourg, le 26 janvier, on fêtait l'Australia Day, la fête nationale du pays de Nicole Kidman, Hugh Jackman  et Naomi Watts. Là, les élèves Normands y côtoient leurs neuf camarades océaniens. 


 "J'essaie de lui parler anglais, en fait faut lui parler lentement parce qu'autrement elle comprend pas super bien" reconnaît Marie, l'amie d'Olivier. "Je pense qu'ils sont contents de venir dans la classe pour apprendre un peu le français !" confie Paolo, qui lui même a pu apprendre l'anglais.

On aura forcément des techniciens, des ingénieurs qui viendront dans les 30 prochaines années


À l'origine de ces rencontres, il y a le juteux contrat signé entre Naval Group Cherbourg et le gouvernement australien et la vente de 12 sous-marins.

Quand les Australiens s'installent à Cherbourg pour rester
Intervenants : Marie et Olivia, élèves à l'école primaire Gibert-Zola de Cherbourg ; Paolo, élève de CE2 ; Alex Dhepnorrarat, originaire de Camberra ; Christine Besuelle, Inspectrice d'Académie - France 3 Basse-Normandie - Reportage de Sylvain Rouil et Leïla Agorran. Montage de Vincent Potel

"Les contrats sont prévus pour durer très très longtemps, on aura forcément des techniciens, des ingénieurs qui viendront dans les 30 prochaines années, si ce n'est plus" explique Christine Besuelle, inspectrice d'Académie. "On va avoir des enfants, qui vont avoir besoin d'apprendre le français, qui vont permettre à nos élèves de progresser en anglais. "


De ce fait, un partenariat a été signé entre la Normandie et l'Australie méridionale, dont la ministre de l'Éducation est d'ailleurs récemment venue.

Devenir français


Parmi les familles qui se sont installées, il y en a en tout cas qui se verraient bien obtenir la nationalité française, comme Alex Dhepnorrarat : "En ce qui concerne ma famille, nous voulons faire partie de la communauté française. On n'est pas venus ici pour rester Australiens, on a envie de s'intégrer."

Le 26 janvier, à l'occasion de la fête nationale australienne, les parents d'élèves ont appris les rudiments du cricket, véritable sport national là-bas.

A lire aussi

Sur le même sujet

300 retraités dans les rues du Havre

Les + Lus