En pleine tempête, nouveau changement de capitaine à la tête du chantier de l'EPR

Alain Morvan, ancien directeur de Flamanville et de Naval Group Cherbourg, prend la tête du chantier de l'EPR. / © @F3BN
Alain Morvan, ancien directeur de Flamanville et de Naval Group Cherbourg, prend la tête du chantier de l'EPR. / © @F3BN

EDF a annoncé la nomination d'un nouveau directeur de l'EPR de Flamanville sans préciser les raisons de ce changement, au lendemain de l'annonce d'une facture alourdie pour ce chantier. Alain Morvan, très connu dans le Cotentin, a dirigé Naval Group à Cherbourg et la centrale de Flamanville. 

Par Stéphanie Potay

Hier se tenait une Commission locale d'Information aux Pieux (50), une structure censée informer la presse, les scientifiques, des personnalités pro et anti-nucléaires, "en toute transparence" sur l'actualité du site EDF de Flamanville. La veille, EDF avait annoncé que la facture du chantier du réacteur nucléaire EPR  en construction qui  devrait s'alourdir de 1,5 milliard d'euros pour atteindre 12,4 milliards d'euros, à la suite des problèmes de soudures.

Mais ce n'est pas lors de cette commission qu'EDF a choisi de communiquer ni sur l'annonce des nouvelles difficultés et du surcoût inhérent ni...sur le nouveau changement à la tête du sulfureux chantier EPR.

C'est par un communiqué de presse qu'EDF a informé ainsi de la nomination d'Alain Morvan au poste de directeur du projet Flamanville 3. Il succède à Laurent Thieffry nommé directeur de la Direction Industrielle au sein de la Direction Ingénierie et projets Nouveau Nucléaire", indique  EDF dans un communiqué.

Interrogé par l'AFP sur les raisons de ce changement, le groupe n'a pas souhaité faire de commentaire.
Ces nominations prendront effet le 1er janvier 2020.

Le dernier tweet sur le compte de Laurent Thieffry fait état des problèmes de soudures, l'avant-dernier de l'avancée des travaux. 
 
 
 

Alain Morvan, une homme connu dans le Nord-Cotentin

Une lourde tâche attend Alain Morvan, qui a débuté sa carrière au sein de l'entreprise. Il y a passé 22 années. Entre 2011 et 2014, il avait même dirigé le site de Flamanville. 

Il avait ensuite pris la direction du site de Paluel, en Seine-Maritime, avant de rejoindre DCNS. Chez Naval Group, de 2015 à 2019, il était devenu le responsable du site de Cherbourg (Manche), spécialisé dans la construction navale de défense, des phases d'avant-projet jusqu'à la construction de navire, en France et à l'étranger.

Depuis septembre, il était revenu chez EDF, en tant que Directeur des Opérations au sein du parc nucléaire. 

A Flamanville 3, les enjeux à résoudre sont gigantesques. EDF a choisi la solution robotisée pour refaire des soudures de traversées du circuit secondaire principal de l’EPR de Flamanville en construction et dévoilé un nouveau calendrier pour sa mise en service. Il reste toutefois dépendant de plusieurs validations par l’Autorité de sûreté nucléaire. Les problèmes survenus sur le chantier ont d’ailleurs conduit le gouvernement à commander à l'ancien PDG de PSA, Jean-Martin Folz un audit, attendu pour le 31 octobre.

Les problèmes à Flamanville ont conduit le gouvernement à commander à l'ancien PDG de PSA Jean-Martin Folz un audit, qui doit être remis le 31 octobre. Le groupe connaît également des difficultés en Angleterre, où son énorme chantier de construction de deux réacteurs EPR à Hinkley Point C devrait coûter jusqu'à 3,3 milliards d'euros plus cher que prévu.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus