• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

19.000 signatures contre une extension de porcherie ornaise

© Collection Watier/Maxppp
© Collection Watier/Maxppp

Des éleveurs installés à Chemilli (61), village du Perche de 200 habitants, veulent faire passer leur porcherie de 900 à 2700 bêtes. Ils ont reçu le feu vert du conseil municipal, mais dans les communes environnantes ce projet d'extension passe mal.

Par David Frotté

Depuis 2001, ils élevaient tranquillement des porcs dans le Perche, en plus de leurs vaches laitières.
160 à 165 porcelets arrivaient toutes les trois semaines, 100 porcs charcutiers partaient toutes les deux semaines.

Et puis, avec l'installation d'un nouvel agriculteur, les associés de la GAEC du Bois Robin, basée sur Chemilli, à la frontière entre l'Orne et la Sarthe, ont décidé de voir plus grand, en multipliant par trois l'effectif de la porcherie, de 900 à 2700 bêtes.

Ils ont donc déposé un dossier en ce sens en sous-prefecture. Objectif : "maîtriser l'ensemble du cycle du porc, de la naissance à l'abattage, mais aussi augmenter les performances techniques de l'élevage, limiter le stress des animaux lors des transports et les risques sanitaires".

© orne.gouv.fr
© orne.gouv.fr

Sauf, que si les élus de Chemilly (61) ont émis un avis favorable au projet, ceux de La Perrière et deux autres villages voisins, l'ont refusé, avec un avis défavorable.

Une pétition sur internet a en plus déjà recueilli près de 19 000 signatures, contre ce projet.

"Cette usine à cochons met en danger la qualité de l'air, des sols, de l'eau et des activités locales. Les communes impactées directement par les nuisances de l'élevage industriel sont : Chemilli, La Perrière, Origny le Roux, Origny le Butin, Vaunoise, St Fulgent des Ormes, et Suré.
Ce projet de ferme-usine, qui n’apporte rien à nos communes (un seul emploi créé), met en péril notre qualité de vie, la valeur de nos maisons, le patrimoine du Parc naturel régional du Perche et sa vocation de tourisme vert."


La balle est désormais dans le camp de la préfecture d'Alençon qui va devoir rendre sa décision dans cette ambiance de lever de bouclier de l'opinion publique.

Le reportage de Nicolas Dalaudier et Yann Ledos :
_ Aurélie Juin de Faucal, co-auteur de la pétition
_ Daniel Chemin, Maire de La Perrière
_ par téléphone, Anthony Savale, maire de Chemilli

polémique porcherie perche

 

Sur le même sujet

Le skipper havrais Charlie Dalin se prépare pour la Transat Jacques Vabre

Les + Lus