La fête d'anniversaire tourne au cauchemar dans l'Orne : deux adolescents meurent dans l'incendie de leur maison

Les adolescents dormaient au dernier étage de la maison / © N. Marotsaferis/FranceTélévisions
Les adolescents dormaient au dernier étage de la maison / © N. Marotsaferis/FranceTélévisions

Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, la petite commune de Saint-Nicolas de Sommaire,près de l'Aigle, dans l'Orne a  vu une fête privée tourner au cauchemar : un incendie a fait deux victimes, des adolescents, deux frères âgés de 13 et 15 ans. Dix autres personnes ont été hospitalisés.

Par Alexandra Huctin

C'est un village de 260 personnes qui est sous le choc, à Saint Nicolas de Sommaire (61), ce dimanche 1er décembre2019. Après une fête d'anniversaire qui a réuni douze personnes, dans une maison isolée du lieu-dit de la Françoisière, un drame s'est produit : la maison s'est enflammée, selon toute vraisemblance à cause d'un poêle à bois, récemment installé. 

Deux adolescents qui dormaient dans les combles n'ont pas pu sortir de la maison. Les occupants se sont aperçus de leur absence trop tard. Tout porte à croire qu'il sont morts dans leur sommeil, intoxiqués par la fumée.

Les dix autres personnes, familles et amis, qui dormaient au rez de chaussée et à l'étage ont pu s'échapper, certains par les fenêtres.
Sept personnes ont été transportées à l'hôpital de L'Aigle à l'arrivée des secours, deux dans un état préoccupant, pour intoxication. Pour le moment, aucune information n'a été donnée sur leur état en fin de journée.
Au sein de l'hôpital, tout le monde est sous le choc et une cellule psychologique a été ouverte.
 
Les pompiers sont intervenus dès 6H15 du matin, le corps de ferme était déjà en feu / © N.Marotsaferis/FranceTélévisions
Les pompiers sont intervenus dès 6H15 du matin, le corps de ferme était déjà en feu / © N.Marotsaferis/FranceTélévisions


Perdre deux enfants, c'est terrible. C'est triste, je ne peux pas en dire plus (Jacky de Taevernier, maire de ST Nicolas de Sommaire)

En sanglots, le maire de la commune, Jacky de Taevernier, est au pied de la maison depuis 7heures du matin, peu de temps après l'arrivée des secours.


Deux adolescents piégés à l'étage

Deux adolescents, âgés de 13 et 15 ans, ont donc péri dans cet incendie, après avoir été piégés au dernier étage de la maison.

Selon le procureur de la République d'Argentan, Hugues de Phily, c'est un petit garçon de quatre ans qui a réveillé son papa au rez-de-chaussée, en toussant. Ce dernier s'aperçoit alors qu'il y a de la fumée dans la maison et en sortant comprend qu'il y a un incendie en cours. Ils réveillent tout le monde, c'est la panique. Les occupants du premier étage passent par les fenêtres.
Ils s'aperçoivent, alors, trop tard du drame qu'il vient de se produire dans les combles, tout la haut. 

 
Le procureur avance la thèse accidentelle


"Douze personnes étaient présentes et s'étaient réunies pour un anniversaire. Au petit matin, l'un des invités est réveillé par la toux d'un petit garçon", explique Hugues de Phily, le procureur qui a ordonné l'enquête. 


Une maison rénovée


Cet ancien corps de ferme rénové était loué aux parents des deux victimes depuis 6 mois. A priori, le poêle à bois avait récemment été installé par les propriétaires et des détecteurs de fumée également. Ont-il fonctionné? 

Un tapis est évoqué, le feu se serait propagé avec lui. 

L'enquête ouverte "pour recherche des causes de la mort"  par le procureur d'Argentan permettra d'en savoir plus. Pour le moment aucune plainte n'a été déposée. 

 
Les premières images sur place
 

Au lendemain du drame : la famille est sortie de l'hôpital


Ce lundi 2 décembre 2019, 24 heures après le drame, une odeur de cendre froide émane de la maison. Devant la longère, quelques automobilistes s'arrêtent pour constater les dégâts. Dans les environs, tout le monde est effondré de voir un tel drame toucher une famille, après une fête d'anniversaire.

L'enquête est toujours en cours. Un élément surprend les observateurs : le poêle à bois est encore debout et intacte dans le salon, au milieu du désastre.

 
Au lendemain du drame : solidarité avec la famille endeuillée

La famille est sortie de l'hôpital et a reçu beaucoup de soutien. La ville de L'Aigle s'est chargée de leur proposer un logement rapidement, des associations caritatives se chargent de les meubler et de leur trouver quelques vêtements.

Tout est à reconstruire pour cette famille endeuillée, après la mort des deux frères de 13 et 15 ans, Luc et Valentin. 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus