Dans le Perche, une soupe républicaine…au homard

© AltoPress / Maxppp
© AltoPress / Maxppp

La mystérieuse Confrérie secrète des poètes de La Perrière organise une soupe républicaine d’un genre insolite. Ses membres vont servir gratuitement de la bisque de homard. Une référence humoristique à l’affaire De Rugy. Un acte poétique plutôt que politique.

Par Nicolas Corbard

« Notre soupe républicaine ne s’inscrit pas dans une démarche revendicative, c’est simplement un clin d’œil », précise Marc Georges, libraire dans la petite commune de La Perrière et membre de la Confrérie secrète des poètes du même lieu.   

N’empêche… La référence à l’affaire de Rugy qui a défrayé la chronique cet été est assumée. « Nous avons eu l’idée lorsque l’on a vu ce qu’il s’est passé à Nantes il y a quelques semaines ». Un homard géant en papier qui devait se promener dans la cité ligérienne avait alors été confisqué par la police.

De quoi pincer la curiosité des poètes de la Perrière. Ce dimanche 6 octobre, ils organisent donc une soupe républicaine. Une bisque de homard qui sera servie gratuitement toute la journée, de 11h30 à 19h, lors du vide-grenier de la commune. L'évènement pourrait être aussi reproduit par la suite dans un célèbre théâtre parisien.

 
© CSPP
© CSPP
 

Une blague plus potage que potache


L’objectif est de faire de l’humour tout en s’interrogeant sur l’état de notre société. Pour cela, toutes les personnes souhaitant goûter la soupe pourront participer à une performance mystérieusement intitulée : « Bisque ! Bisque ! Citoyen ! ». « Un acte poétique », dixit Marc Georges.
 

« Il s’agit d’une critique sociale mais on n’entre pas dans un discours politique. Nous souhaitons faire réfléchir les gens. Nous sommes des poètes, pas des donneurs de leçons. »


Réfléchir aux signes extérieurs de richesse, à la relativité et la réversibilité de notre société; à ce qui provoque l'envie, la défiance; à ce qui symbolise la lutte des classes … Aujourd’hui, le homard est considéré comme un met de privilégié, alors qu’hier c’était la gamelle du moins que rien.  
 

« Jusque dans les années 30, le homard était le plat du pauvre ; à tel point que les ouvriers performants gagnaient le droit de ne pas en manger plus de deux fois par semaine ! »


Les temps changent, et il y a de quoi bisquer…   
 

"Bisque ! Bisque ! Citoyen !"

  • Rendez-vous au vide-grenier de la Perrière, de 11h30 à 19h. Pour vous repérer, suivez le homard géant.

A lire aussi

Sur le même sujet

Gestion de l'incendie Lubrizol : le préfet assume

Les + Lus