• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Perche: trois familles de Courgeon vont devoir déménager

Construit sur d'anciennes marnières, certaines maisons de la ville de Courgeon pourraient s'effondrer. La préfecture demande à trois familles de ne plus habiter sur les lieux. 

Par Raphaëlle Besançon

Les marnières ce sont ces cavités creusées pour extraire la craie, utilisées principalement au XIXe siècle, en Normandie et dans le nord de la France. Une partie du village de Courgeon a été construite sur ces marnières sans que cela pose problème, du moins, jusqu'à récemment.

En mai dernier, la préfecture de l'Orne a conduit un Plan de prévention des risques et des mouvement de terrain à Courgeon. Des experts ont établi une cartographie des sols et classé les zones selon des aléas de risque, "risque moyen", "risque élevé" et "risque très élevé".

"Danger grave et imminent"

Trois propriétés ont été construites sur des zones qui présentent un "danger grave et imminent" comme l'explique Grégory Lecru, sous-préfet de Mortagne au Perche. Elles ont été averties par le maire de Courgeon de la nécessité de déménager. 

Les habitants rétorquent que le sol calcaire est solide et n'a jamais posé problème depuis toutes ces années. Beaucoup ne comprennent pas. Grégory Lecru rétorque: "Le calcaire n'est pas imperméable, il s'érode avec le temps. S'il est solide aujourd'hui, cela ne veut absolument pas dire qu'il le sera demain".

Sur les trois propriétés concernées, deux sont des résidences secondaires. La mairie va recevoir chacune des familles et les accompagner vers une solution de relogement, totalement pris en charge par le fond Barnier.

Il n'y a pas de date butoir, ces familles ne seront pas expulsées, mais elles doivent déménager "dans les meilleurs délais".

Un déménagement définitif?

Les experts vont évaluer l'ampleur des travaux de consolidation des marnières et leur faisabilité. Si le coût des opérations est plus élevé que la valeur des trois propriétés, ils ne seront pas effectués et les familles seront dédommagées à hauteur de 100% de la valeur de leur résidence. Si les travaux s'avèrent possible, le relogement restera temporaire.


A lire aussi

Sur le même sujet

Manifestation des agents EDF devant la centrale thermique du Havre

Les + Lus