Prix d’Amérique : que va rapporter cette victoire à l’écurie Guarato ?

Face Time Bourbon récupère de sa victoire au 100e Prix d'Amérique. Le Ménil-Berard, le 28 janvier 2020 / © Pierre Barbin/ France Télévisions
Face Time Bourbon récupère de sa victoire au 100e Prix d'Amérique. Le Ménil-Berard, le 28 janvier 2020 / © Pierre Barbin/ France Télévisions

Pour la troisième fois, l’entraîneur ornais Sébastien Guarato et toute son équipe ont remporté ce dimanche le prestigieux Prix d’Amérique. Qu’est-ce que ça change de gagner l’une des plus belle course au monde ?

Par Nicolas Corbard

« C’est la relève », sourit Sébastien Guarato en désignant son fils du menton. Chez les Guarato, on a toujours une longueur d’avance, que ce soit pour repérer les futurs cracks, ou peut-être les futurs entraîneurs.

Adrien Guarato, 14 ans, a la tête sur les épaules et déjà la longe bien en main :

On n’est un peu plus heureux de venir au travail que si on n’avait pas gagné, forcément, mais ça reste un jour comme les autres. Quand Bold l’a gagné c’était extraordinaire et là d’avoir un deuxième champion dans les écuries, c’est un rêve. Papa est un très bon entraîneur. Pour faire pareil, je vais essayer d’être meilleur que lui


Après la victoire de Face Time Bourbon ce dimanche au 100e Prix d’Amérique, le travail a repris son cours comme tous les jours…ou presque.
 
 

Un joli pactole


Une victoire au prix d’Amérique cela rapporte gros. 405 000 euros auxquels il faut ajouter 45% des entrées réalisées ce jour-là à l’hippodrome de Vincennes. Si 80% des gains reviennent au propriétaire du crack, l’entraîneur empoche tout de même 15% de la somme. Cela représenterait environ 60 000 euros.

Il y a aussi les retombées indirectes du succès. La nouvelle popularité de Face Time Bourbon devrait attirer l’attention des éleveurs étrangers, comme l’explique Sébastien Guarato :
 

Face Time a une réputation maintenant à l’étranger, aux Etats-Unis ou au Canada. Cela permettra de faire du business plus tard avec eux. Pour cette année, les saillies reprennent fin février, début mars, donc tout est calé. En revanche, les prix peuvent monter l’année prochaine si le cheval continue à performer


Pour avoir un ordre d’idée, une saillie de son étalon de père, le célèbre Ready Cash, avoisine les 40 000 euros. C’est l’un des géniteurs les plus demandés au monde.
 
 

La recette du succès


S’il a bien conscience « d’être au top » en tant qu’entraîneur, Sébastien Guarato ne se laisse pas griser par le succès. Et c’est peut-être cela, la recette, tout simplement. Se remettre en selle aussitôt, ne pas lésiner sur le travail et faire preuve d’humilité.

Il n’y a pas que Face Time et Bold à travailler. Il y a d’autres chevaux pour d’autres propriétaires. Malgré la victoire, on revient le matin comme si de rien n’était et on prépare d’autres chevaux pour d’autres courses.


Sébastien Guarato n’est pas un entraîneur de bord de piste. Il mange de la boue comme les autres, il est au même régime. « Ça motive les gars », dit-il. L’écurie Guarato, c’est avant tout une équipe.
 
L'entraîneur ornais Sébastien Guarato a remporté son troisième Prix d'Amérique grâce à la victoire de Face Time Bourbon le 26/01/2020 / © Pierre Barbin/France Télévisions
L'entraîneur ornais Sébastien Guarato a remporté son troisième Prix d'Amérique grâce à la victoire de Face Time Bourbon le 26/01/2020 / © Pierre Barbin/France Télévisions
 

Face Time, un crack made in Guarato


La victoire de Face Time est tout de même un grand pas pour l’entraîneur car contrairement à Bold Eagle, le cheval s’est forgé ici au Ménil-Berard depuis le commencement :

Bold, on l’avait déjà acheté clef en main. Il avait déjà gagné à Vincennes. C’était un poulain sur la montante donc on savait qu’il avait du potentiel. Mais avec Face Time, on a tout fait. On a travaillé le poulain pour le qualifier. Il a gravi les échelons et il est devenu super bon


Face Time, lui, a déjà récupéré de sa course, et repris son rythme d’entraînement. Sébastien Guarato mise beaucoup sur son nouveau crack :

J’ai une chance de gagner une deuxième fois avec Face Time. On s’aperçoit qu’à part Davidson Du Pont, les autres chevaux sont un peu en dessous.


Regardez comment Face Time Bourbon a déjà récupéré de sa grande victoire au 100e prix d’Amérique :


Reportage de Pierre Barbin et Marianne Cazeaux pour France 3 Normandie/ Intervenants : Sébastien Guarato, entraîneur de Face Time Bourbon/ Adrien Guarato, fils de Sébastien Guarato


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus