Cet article date de plus de 5 ans

Terminal multimodal du Havre : le "coup de gueule" du secrétaire d'état à la mer

Le terminal multimodal du Havre tourne encore au ralenti depuis le redressement judiciaire, en octobre 2015, de la société qui l'exploite. Une situation qui agace le gouvernement. 
Terminal multimodal du Havre
Terminal multimodal du Havre © France 3 Baie de Seine

Retour sur la situation 

En 2012, la construction d'une énorme plate-forme, sur le port du Havre se voulait ambitieuse. Objectif : augmenter les volumes traités, en proposant et développant des solutions alternatives au tout routier. Avec une superficie de 60 ha, elle devait être l'une des plus grandes et des plus efficaces plate-forme en Europe a associer tous les modes de transport des marchandises (routier, fluvial et ferroviaire) sur un même lieu. Une sorte d'énorme gare de distribution des marchandises. 
En 2015, lors de sa mise en service, l'exploitation du site est confiée à la société "Le Havre Terminal Exploitation" (LHTE). Plusieurs actionnaires la composent : la SNCF (38%), CMA CGM (31 %) et LogiSeine (31 %). Depuis, ce modèle économique, a prouvé son incapacité à gérer cette structure. 
En octobre 2015 : la société "le Havre terminal exploitation" a été placée en redressement judiciaire et depuis l'activité tourne au ralenti. 
Seuls quelques barges accostent sur les quais. Du côté ferroviaire : rien à l'horizon. La SNCF, acteur majeur pour le fret ferroviaire semble traîner des pieds. 
Février 2015 : le dossier du terminal multimodal repassera devant le tribunal de commerce la semaine prochaine. 

Une situation inacceptable


Mercredi, le secrétaire d'Etat à la Mer et aux Transports a pris la parole à l'Assemblée Nationale, pour évoquer ce sujet. Pour la première fois en public, il a dénoncé la situation et demande qu'une solution soit trouvée rapidement entre les parties. 

VIDEO : le récit de Danilo Commodi avec l’intervention de :
durée de la vidéo: 01 min 30
transports Multimodal au Havre

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie baie de seine polémique société