Rouen : Lucie Lerebourg, la demi fondeuse qui court vers son rêve olympique

Publié le Mis à jour le
Écrit par M.L et Quentin Bral

Lucie Lerebourg, 27 ans, athlète multimédaillée et doctorante, poursuit sa course vers les sommets. Les jeux olympiques de 2024 lui offrent une nouveau rêve à atteindre. Portrait.

C'est une jolie jeune femme souriante et dynamique. Lucie Lerebourg court depuis 10 ans et affiche déjà un joli palmarès. La demi fondeuse spécialiste du 3000 mètres steeple et du 1500 mètres est multimédaillée au championnat de France Elite, avec trois titres de Vice championne de France. La jeune femme est aussi championne de France Espoir sur 1500 mètres et 3000 m steeple. Aujourd'hui tous ses rêves sont permis alors que sa carrière a commencé sur un presque malentendu !

"J'ai eu la chance au lycée qu'on me propose de compléter une équipe parce qu'il manquait une fille pour aller au championnat de France UNSS. Je n'étais pas du tout au niveau, à ce moment là je découvrais ce qu'était une paire de pointes, moi j'appelais ça des chaussures à pic !" se souvient Lucie

Depuis 2016, la coureuse de fond enchaine les podiums au niveau national, ce qui lui vaut d'être contactée par un sponsor en 2017, Hokka, dont la devise est Time to fly, ou le temps de s'envoler. Un symbole pour l'athlète de 27 ans.

"Au début je passais pas très bien les obstacles, je me voyais très haute par rapport au sol et ça m'est arrivée de tomber, d'arriver très vite sur la piste avec pas mal de chocs ! Maintenant j'essaie surtout de raser, donc time to fly c'est plutôt planer sur la terre!"

L'ambition de Lucie Lerebourg

La jeune femme cumule les activités. En plus de ses huit entrainements par semaine, Lucie prépare sa thèse, travaille, et poursuit son but. Participer aux jeux olympiques ! 

"2024 on verra où j'en suis d'ici ! D'ici là ma thèse sera terminée, et je vais réfléchir à des aménagements, trouver du temps de repos, de récupération et d'entrainement, ce qui pourrait me faciliter la tâche" poursuit Lucie Lerebourg.

Même dans son occupation professionnelle, il est question de prendre soin de ses pieds. Lucie travaille dans la claquette, mais pas n'importe laquelle. La claquette qui favorise la récupération après un effort physique, et qui favorisent l'oxygénation musculaire. Des claquettes qui sont l'objet de la thèse de Lucie, une étude qu'elle mène pas à pas pour un cabinet de podologie "orthodynamica" à Rouen. La jeune femme concilie toutes ces activités, pour que chacune d'entre elles concourrent à ses rêves d'athlète.