A Dieppe, poissonniers et restaurateurs pâtissent de la flambée des prix du poisson et tentent de s'adapter

Publié le
Écrit par Céline Brégand avec Grégory Archiapati

Depuis plusieurs semaines, le prix du poisson ne cesse d'augmenter. Une conséquence de la crise de l'énergie liée à la guerre en Ukraine. A Dieppe, poissonniers et restaurateurs subissent cette flambée des prix et ses répercussions sur leur activité.

Le prix du poisson augmente de manière significative depuis plusieurs semaines. "A l'écaille d'or", une poissonnerie dieppoise, les poissons les plus touchés par cette flambée des prix sont le cabillaud, vendu 36 euros le kilo à la mi-juin, et le saumon, qui se vend désormais à 40 euros le kilo, soit le double de son prix habituel.  

En France, comme à l'étranger, en raison de l'augmentation du prix des hydrocarbures, les bateaux de pêche sortent moins en mer. Le produit est donc plus rare. "On paye plus cher, on vend plus cher", résume Sébastien Herouard, poissonnier à "L'écaille d'or". "Il y a des tarifs qui sont psychologiquement impossibles donc on se met en-dessous de nos marges pour pouvoir rester attractifs mais malgré cela, on est trop cher", constate-t-il. 

Mais pour ce poissonnier, il n'est pas question de baisser la qualité de sa marchandise. "On reste quand même sur du poisson sauvage. On ne tombe pas dans le piège, comme le font certains, d'aller dans l'élevage intensif. Les gens tiennent malgré tout à bien manger", souligne-t-il. 

S'adapter ou augmenter ses prix

Alors il constate que sa clientèle s'adapte. "On revoit la quantité ou le nombre de fois où on va manger du poisson dans la semaine", note Sébastien Herouard. Il peut d'ailleurs le vérifier sur ses commandes. Mi-juin, à quelques jours de la fête des pères, le poissonnier a fait un constat amer : "habituellement j’ai une vingtaine de commandes dès le début de semaine. Aujourd'hui pour samedi j'ai zéro commande. C'est du jamais vu !"

Au "Comptoir à huîtres", un restaurant de Dieppe, 95% des plats proposés sont réalisés avec du poisson issu de la pêche locale. Afin que l'augmentation des prix de ses produits stars n'ait de répercussions trop importantes sur les prix de ses plats et donc sur sa clientèle, le patron a donc décidé de s'adapter. 

"On n'a pas augmenté nos prix depuis trois ans", fait remarquer Amir Van Rooijen, chef du "Comptoir à huîtres". Le restaurateur a donc adapté son offre. "On a arrêté le menu et on ne fait plus qu'à la carte", explique-t-il. 

Si le prix du poisson devait encore augmenter, ce restaurateur, tout comme les poissonniers, n’aura peut-être pas d’autre choix que de le répercuter sur ses prix de vente et donc sur sa clientèle.