Le prix de l'huile flambe, les restaurateurs s'inquiètent

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Howlett

Depuis le début du conflit en Ukraine, le prix de l’huile de tournesol flambe. La forte hausse et le spectre de la pénurie inquiètent les restaurateurs. Rencontre avec une restauratrice à Dieppe.

C'est lundi, premier jour de la semaine et il ne reste plus qu'un bidon de 25 litres pour finir la semaine au restaurant "Les Planches" à Dieppe.

Or, dans ce restaurant de bord de mer, l'huile de tournesol est une matière première essentielle à ce commerce, pour les frites notamment.

L'Ukraine et la Russie assuraient 80 % de la production mondiale d'huile de tournesol. L'invasion russe expliquerait donc la pénurie actuelle, en raison de la baisse de production. Ajoutons à cela le surstockage des particuliers et des professionnels, et voici le prix de l'huile de tournesol qui a augmenté de 40 % en un an.

Face à la demande, les grossistes sont aujourd'hui obligés de restreindre les restaurateurs.

En 2022, l'huile c'est devenu de l'or. On se bat pour en avoir. On a une restriction par personne et par semaine.

Gaëlle Follain, restauratrice

Hausse généralisée du prix des matières premières

Gaëlle Follain essaie donc de trouver des alternatives pour réduire sa dépendance à l'huile de tournesol. Seulement, d'autres matières premières tout aussi nécessaires à la restauration voient également leur prix augmenter : la moutarde, le sucre, la farine et les produits laitiers, en raison de la sécheresse et de la hausse du prix de l’alimentation des animaux.

Si Gaëlle Follain a légèrement majoré ses prix à la carte l'hiver dernier, elle ne peut plus se permettre de répercuter une nouvelle fois la hausse du coût de ces matières premières.

Je ne peux pas augmenter mes prix car mes clients sont dans la même situation. Ils subissent les augmentations. Alors je perds des points de marge.

Gaëlle Follain, restauratrice

durée de la vidéo : 01min 47
Pénurie d'huile chez une restauratrice de Dieppe ©stéphane brulier

Opter pour des cuissons avec d'autres huiles peut être problématique en raison des allergies. Reste donc à Gaëlle Follain et aux autres restaurateurs à jongler avec les fournisseurs et vérifier sans cesse les stocks et les prix.