Seine-Maritime : des petites communes confrontées au coût de l'entretien des églises

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet .

Infiltrations, fissures, installation électrique vétuste, toiture : les travaux à faire représentent de grosses dépenses dans le budget communal.

Depuis le début du XIXe siècle, les églises paroissiales appartiennent aux communes. Après les lois de 1905 et 1907 qui précisent l'exercice du culte dans la République, et la séparation de l'Eglise et de l'Etat, ces églises sont mises à la disposition du clergé. 

Mais les communes, en tant que propriétaires, ont l'obligation (depuis une loi de 1908) de l'état des églises et doivent financer les travaux nécessaires à l'entretien, à la conservation et à la sécurité de ces édifices.

Chauffage, électricité, toiture, maçonnerie, ravalement, cloches et leur mécanisme de sonnerie sont des dépenses qui pèsent de plus en plus dans les budgets des petites communes rurales où les églises, parfois vieilles de plusieurs siècles, nécessitent des rénovation et des mises aux normes. Sans parler des travaux d'urgence quand des fissures apparaissent, ou que des morceaux de plafond tombent sur le sol.

Exemple en Seine-Maritime, à l'ouest de Dieppe, à Ouville-la-Rivière (480 habitants) où le montant des travaux à réaliser s'élève à 250.000 euros, à commencer par l'installation électrique comme l'explique le maire :

"On veut refaire sonner les cloches dans le village parce que les gens aiment ça. C'est la priorité. Et c'est à peu près 50.000 euros d'électrification et de repose des cloches."

Ce qui implique que le conseil municipal repousse à plus tard la réalisation d'équipements :

L'équipe municipale fait des choix, forcément. On avait des projets qui étaient en cours, comme celui d'un Tiers-lieu. On s'est rassemblé pour choisir et on a décidé de mettre en priorité les travaux pour l'église."

Arnaud Joignant,

3ème adjoint au maire d'Ouville-la Rivière,

en charge du bâti et de la voirie

durée de la vidéo: 01 min 53

Situation encore plus tendue un peu plus au sud, dans une autre commune seinomarine, à Hermanville.  Avec une centaine d'habitants et un budget annuel de 150.000 euros, le conseil municipal ne peut assurer que le seul entretien de l'église, en attendant de pouvoir financer les travaux de maçonnerie rendus indispensables par la présence d'humidité dans les murs.

Parmi les solutions : l'emprunt, les demandes de subventions au Département, à la Région,  ou à l'Etat. Plus récents sont les appels aux  pratiques de financement participatifs sur les réseaux sociaux et le recours au mécénat en démarchant les entreprises.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité