Street art en milieu rural : l'artiste Diez embellit les transformateurs EDF

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mathilde Riou

Aux grandes Ventes près de Dieppe (Seine-Maritime), la commune a fait appel à un artiste local, Diez, pour embellir le mobilier urbain. Des fresques de graffitis qui se fondent dans le paysage rural.

On connaissait l’embellissement des rues des villes du Havre ou de Rouen à travers les différentes œuvres d’Inkoj ou encore Jace. A la campagne, le street-art s’invite désormais aux Grandes Ventes près de Dieppe.

L’artiste professionnel et local Diez a été chargé par la mairie d’embellir les équipements urbains tels que les transformateurs électriques ou les abris-bus. Des fresques sur mesure qui remportent l’adhésion des habitants : «c’est agréable, ça donne une image de campagne, c’est visuel moi j’approuve » déclare Gilbert Gajdos, habitant des Grandes Ventes.

L’artiste Diez a dû s’adapter à ce type de structure : « c’est souvent soit un crépis souvent très épais, soit du bois, c’est rarement lisse sauf les portes en métal. C’est un travail différent que sur un mur lambda. Mais ce qui est super intéressant c’est que c’est super visuel » précise-t-il.

  Tout commence par le graff vandale  

Diez avait déjà décoré l’école municipale. De quoi modifier le regard autour de cet art : « je pense que le graffiti vandale a besoin de continuer à vivre. Je viens du vandale mais aujourd’hui le graffiti me fait vivre, c’est mon métier. C’était une passion loisir maintenant c’est une passion métier. Il s’est passé des années depuis mais ça a commencé comme ça ».

Christophe Bebin, de son vrai nom, a commencé à graffer à l’âge de 14 ans. Au début des années 90, il débute avec un ami plus expérimenté puis se perfectionne en autodidacte. En 2002, il s’installe à Dieppe puis aux Grandes-Ventes où il gérera une pizzeria de 2006 à 2015. Son établissement servait également de vitrine pour ses tags. En 2012, il anime des ateliers graffiti à Dieppe à l’école Michelet, à la maison des Jeunes, au lycée du Golf puis dans des centres de loisirs à Neufchâtel-en-Bray et jusqu’à Deauville.

C’est en 2015, qu’il se lance à 100 % dans sa passion crée sa société Diez Graffiti. D’autres communes comme celle de Bois-Robert ont fait appel à ses services mais l’artiste est également sollicité par des particuliers pour des décors intérieurs ou extérieurs.

Sa plus grande fresque mesure 11 m de largeur. Elle est visible sur la façade de l’église de Criquiers et représente la Cène avec Jésus et les apôtres réunis pour son dernier repas. Réalisée en 2015, elle a été financée par le Département. Fidèle à la tradition picturale d'ajouter certains détails, Diez s'est amusé à déposer sur la table "un Neufchâtel , une pomme et un poisson pour rappeler la région". 

«En réfléchissant un peu, en passant par un graffeur professionnel on peut à la fois permettre à la jeunesse de s’exprimer, d’envoyer des messages mais aussi rendre attractif et bien plus sympathique l’image d’un équipement public »  précise Nicolas Bertrand, Maire des Grandes Ventes (DVD)

Avant la fin de l’année scolaire, Diez va réaliser une oeuvre au lycée de Fécamp et au collège de Saint-Nicolas-d’Aliermont dans le cadre d’ateliers participatifs. En parallèle, il continue ses interventions dans les centres aérés pour transmettre sa passion aux plus jeunes et qui sait découvrir de jeunes talents.