• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

C'est tendance : une déco à l'effigie de sa ville

Avoir en décoration dans son salon ou son bureau, les monuments de sa ville préférée, c'est tendance. A Octeville-sur-Mer, la société "La Tôlerie Plastique" fabrique des silhouettes 3D à poser ou à accrocher. Ces objets design plaisent aux touristes et aux habitants fiers de leur ville.

Par Julie Howlett

Le Volcan, l'église Saint Joseph, la mairie et la catène de conteneurs, ces détails du Havre tout en désign ont fait fureur cet été à l'office de tourisme. Ce sont des produits de décoration fabriqués localement à Octeville-sur-Mer par la société "la Tôlerie Plastique". Cette PME a acheté les droits et développe le concept depuis quelques mois. 
 

Une fabrication de A à Z à Octeville-sur-Mer


De la conception à la fabrication, tout est réalisé dans cette entreprise. Cela commence par un coup de crayon qui donne vie à de nouveaux "shadows", c'est le nom de ces produits "désign", des silhouettes qui représentent les monuments, les paysages ou les emblèmes les plus marquants d’une ville ou d’une région. 

Ces dessins sont ensuite retravaillés sur ordinateur. Et chaque détail compte. Tout est calculé, calibré et harmonisé, en fonction aussi des contraintes techniques.

"Il est impossible par exemple de faire des éléments trop pointus, des fenêtres trop petites. Il faut qu'il y ait suffisamment de matière pour que l'ensemble se tienne correctement", explique  Calis Tayfun, technicien du bureau d'étude de la société.


Et c'est ensuite une machine de découpe qui donne vie à ces silhouettes d'aluminium et de plastique. Il faut compter une heure d'usinage pour réaliser un "shadow".
 

Ces shadows représentent  1% de l'activité


Le travail et l'assemblage des plaques de plastique, c'est le coeur de métier de la société. Depuis 33 ans, La Tôlerie Plastique produit des boîtiers à la demande et à la carte dans le domaine industriel ou médical.
Avec 45 salariés et un chiffre d'affaires de 4 millions d'euros, la société a choisi de diversifier son activité.

"Shadows, ce n'est même pas 1% de notre chiffre d'affaire, mais cela donne, par moments, 80 % de motivation et d'esprit positif à l'entreprise" explique Judith Bertin, responsable commerciale et marketing de l'entreprise.
 

 Après Le Havre, Londres, Honfleur et Le Touquet ont aussi leurs silhouettes. Ces produits sont vendus essentiellement en ligne ou dans quelques offices de tourisme. 


Le reportage de Bénédicte Drouet, Anne-Laure Meyrignac et Cécile Garzéna :
 


 

Sur le même sujet

Eté 2019 dangereux à Acquigny (Eure)

Les + Lus