• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Le Havre : Les Normands des Bleues se réjouissent du choc face au Brésil, au stade Océane

© Danilo Commodi
© Danilo Commodi

Dimanche, l'équipe de France féminine de football va affronter le Brésil au Havre, en huitième de finale de la coupe du monde. Ca tombe bien, il y a deux Normands dans le groupe !

Par David Frotté

Il y a eu le débarquement américain il y a quelques jours avec le match Etats-Unis - Suède (2-0).
Cette fois, dimanche, ce sont bien des supporters français qui vont remplir le stade Océane du Havre, dans une affiche à guichets fermés.

Le Havre, une ville qui porte bonheur aux footballeuses bleues, puisqu'elles ont y déjà battu les Etats-Unis en janvier dernier (3-1), et le Brésil (2-1) en 2015.
 
France - Etats-Unis : 3-1

Les Françaises sont venues s'entraîner dès mardi au Havre, le lendemain de leur victoire face au Nigeria (1-0). Le centre d'entrainement de la Cavée Verte a vite paru étroit pour répondre à l'engouement populaire.
 

Et sur le terrain, un Havrais. Gilles Fouache, entraîneur de gardiennes de but de l'équipe de France.
Formé au HAC, il a forcément connu le centre de formation. Alors ce retour aux sources, ce n'est que du bonheur. "Avant c'étaient les professionnels qui jouaient ici, avant le stade Océane, avant le stade Deschaseaux. C'est pour ça que ça reste un lieu mythique pour les Havrais et les footballeurs."  

"On sent qu'à chaque but, c'était prêt à partir dans l'euphorie. donc j'espère que ça sera pareil dimanche, au Stade Océane, avec la même envie. Le Havre restera toujours une terre de football."
Gilles Fouache, entraîneur de gardiennes de but de l'équipe de France


France - Brésil, ça fait un peu peur, mais surtout rêver 

On peut se rassurer avec les statistiques. Contre le Brésil, la France est invaincue (3 victoires et 5 matchs nuls).
Mais en football, le Brésil reste un pays à part dans le coeur des joueurs et des supporters.

Il ne pouvait donc exister affiche plus prestigieuse pour ce huitième de finale de coupe du monde féminine au Havre. Tout le monde a en mémoire les victoires des hommes sur Ronaldo en 1998 et 2006. Viviane Asseyi était encore une toute petite Normande à l'époque, mais ce match l'a clairement marqué.
 

"Quand on me dit France - Brésil, je pense à 98. C'est ça qui m'a donné l'envie de jouer au foot. 21 ans plus tard, on me dit France - Brésil, et c'est moi qui joue... Ca peut-être une belle affiche."
Viviane Asseyi attaquante de l'équipe de France, originaire de Mont-Saint-Aignan (76)

 

 

Sur le même sujet

Sébastien Jumel : un rapport sur l'école et le handicap

Les + Lus