Le Havre : démantèlement d’un important réseau de trafic d'héroïne

Un vaste réseau de trafic d’héroïne a été démantelé au Havre. Les trafiquants alimentaient tout l’ouest de la France.
Images illustration drogue
Images illustration drogue © France Télévisions/Sylvie Depierre

Le Havre et son port sont plus connus pour être une porte d’entrée pour la cocaïne. Cette fois-ci, c’est un trafic d’héroïne qui a été mis au jour par les policiers. Une enquête de neuf mois, digne d’un film policier, a été détaillée par le procureur de la République du Havre au cours d’une conférence de presse qui a eu lieu lundi 28 juin 2021.

7 personnes interpellées

Des interpellations et perquisitions ont eu lieu en simultané dimanche 20 juin 2021. Au total,  7 personnes sont interpellées, vers 4 heures du matin. Tous sont connus pour des faits de vols, trafic de stupéfiants ou recels. Ils sont très proches, le procureur a utilisé le terme de « clan » pour définir leur relation. Pour le moment 5 personnes : 4 hommes et une femme ont été déférées au parquet. Ils sont mis en examen pour trafic de stupéfiants, association de malfaiteurs et, en ce qui concerne la femme, non justification de ressources.

Perquisition dans le laboratoire de préparation

Ces personnes interpellées étaient issues du quartier de Caucriauville. Leur laboratoire était caché dans le sous-sol d’une maison de ville dans le quartier  de Graville. L’endroit était très discret et ne se situait pas sur leur lieu d’habitation. L'enquête a montré que le laboratoire a été déménagé à plusieurs reprises.

Le pavillon était dédié à la réception et au conditionnement du produit stupéfiant. A l’intérieur, les trafiquants possédaient une panoplie d’équipements de qualité tels que des masques à gaz pour se protéger des émanations, des combinaisons, de la cellophane … Des cachettes avaient été aménagées dans des faux-plafonds. Selon le procureur, entre 30 et 40 kilos de drogue étaient écoulés chaque mois. Le prix de vente était de 2,5 à 3 fois plus élevé que le prix d’achat. Dans le laboratoire une presse très lourde a été découverte. « Ce n’est pas à la portée d’un petit bricoleur du dimanche. Elle a dû compacter des centaines de kilos » précise une source policière.

9 mois d'écoutes

Les policiers ont ensuite utilisé tous les moyens techniques à leur disposition : écoutes téléphoniques, caméras, sonorisation de véhicules et balises. Les enquêteurs ont constaté que les trafiquants agissaient principalement le week-end : l’équipe se procurait de la drogue et la dispatchait rapidement sur tout l’ouest de la France à l’aide de voitures puissantes et rapides, les fameux go-fast. L’équipe était très organisée et planifiait plusieurs voyages par mois. Un mode opératoire bien défini qui laisse penser que la bande sévissait depuis plusieurs mois voire plusieurs années.

Le procureur de la République du Havre, Bruno Dieudonné parle de « semi-grossistes, une sorte de plateforme de distribution. » Il ouvre une information judiciaire en avril 2021. Deux juges d’instructions sont nommés dans cette affaire.

L’enquête policière permettra de mettre au jour une organisation comprenant une dizaine de personnes, dont neuf âgées de 20 à 30 ans et une plus proche de la quarantaine.

Plus de 33 000 euros et des véhicules saisis

Au cours des perquisitions, plus de 33 000 euros ont été saisis ainsi que onze véhicules de marque Audi et Renault, une moto de forte cylindrée et une arme factice. L’enquête est toujours en cours notamment pour définir l’origine du produit. Les enquêteurs estiment que la moitié de la bande n’a pas été interpellée.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
drogue faits divers police société sécurité justice