Le Havre : la députée Agnès Firmin Le Bodo à nouveau menacée de mort

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet

Après avoir reçu le 1er janvier 2022 le texte d'une personne qui affirmait vouloir "venir lui trancher la tête", la députée de Seine-Maritime est à nouveau menacée.

C'est dans un tweet publié le mercredi 19 janvier 2022 qu'Agnès Firmin Le Bodo annonce avoir reçu un mail de menace de mort.

"Je vais faire comme le Bataclan"

L'auteur du message affirme avoir un lance-roquettes et vouloir venir à l'Assemblée nationale "pour faire comme le Bataclan, sauf que cette fois ce ne seront pas des innocents qui vont crever mais des collabos et que notre revendication est la liberté".  

"Il est urgent d’agir face à ces menaces afin de protéger notre démocratie et la République."

Agnès Firmin Le Bodo, le 19 janvier 2022

En réponse à cette nouvelle menace de mort, l'élue havraise  déclare "qu'aucune menace ne me dictera ma façon de voter ! Seul le dialogue a sa place dans notre système politique. Il est urgent d’agir face à ces menaces afin de protéger notre démocratie et la République. Bien évidemment je porterai de nouveau plainte …."  

  
Agnès Firmin Le Bodo est  député, conseiller départemental, ancienne adjointe au maire du Havre et porte-parole d'Horizons, le nouveau parti politique fondé en octobre 2021 par Edouard Philippe. Le 1er janvier 2022, elle a déjà été menacée de mort en recevant le message d'un homme affirmant vouloir venir lui trancher la tête.

 "Je crains que la prochaine étape soit le passage à l'acte…"      

Invitée le 9 janvier du magazine "Dimanche en politique", Agnès Firmin Le Bodo avait expliqué pourquoi elle avait, décidé, avant de porter plainte, de publier le message de menace :  

"J'ai choisi de le rendre public parce que je crois qu'il y a un moment où nous sommes aussi, nous, responsables, et peut-être avons-nous trop laissé passer les insultes. Maintenant ça ne suffit plus, donc nous arrivons aux menaces ! Et si nous laissons collectivement, je dis bien collectivement, que ce soit les responsables politiques, que ce soit aussi les médias, si nous laissons passer les menaces, je crains que la prochaine étape soit le passage à l'acte… "
"Donc je pense qu'il est important que, ensemble, on puisse tout d'abord dénoncer, mais pas que dénoncer : porter plainte. Et je peux vous assurer que ce n'est pas facile de porter plainte !"  

Comme le 1er janvier, Agnès Firmin Le Bodo, a reçu, après cette nouvelle menace du 19 janvier, de nombreux messages de soutien.