Interpellée pour ivresse et morsures dans un hypermarché de Seine-Maritime

© France 3
© France 3

A Gruchet-Le-Valasse, une cliente a frappé une personne handicapée avant de s'en prendre à un agent de sécurité puis aux policiers de Bolbec (Seine-Maritime)

Par Richard Plumet

Coup de poing à la caisse

Une personne handicapée attend son tour à l'une des caisses de l'hypermarché Carrefour de Gruchet-le-Valasse ce lundi 5 décembre 2016. Devant lui une cliente semble en état d'ivresse : elle s'agite, insulte l'hôtesse de caisse et reste devant le tapis sans reprendre ses achats. L'homme handicapé lui demande alors  d'accélérer le mouvement et de cesser de bloquer la caisse.

En guise de réponse la femme se retourne et donne un violent coup de poing au visage à la personne handicapée. La victime est blessée et se verra notifier 4 jours d'ITT.

Le bras mordu à pleines dents

Alerté, un agent de sécurité arrive aussitôt et écarte la femme de sa victime et de la caisse. Par précaution, et pour éviter d'autres coups de poing, il se met en posture de défense en plaçant son bras horizontalement devant lui. 

Mais la femme saisit ce bras et le mord fortement pendant plusieurs minutes !

La direction du magasin appelle le 17  et un équipage de Police-Secours arrive pour interpeller cette cliente ivre, violente et récalcitrante et l'emmener au commissariat de Bolbec.


Une policière frappée

La femme, âgée de 43 ans, se calme un temps mais se déchaîne à nouveau quand il s'agit de la fouiller avant de la placer en cellule de dégrisement. Elle se rebelle, déverse un flot d'insultes et frappe la policière chargée de la contrôler. La victime se verra notifier 5 jours d'ITT.

Une fois en garde à vue, la femme tient des propos tellement incohérents et "fantaisistes" qu'une expertise psychologique est demandée en urgence. Mais aucune pathologie n'est diagnostiquée…
La garde à vue est prolongée, la femme se calme et finit par reconnaître les faits.

Au tribunal en janvier

Son dossier est transmis au Parquet du Havre et les services de la Justice décident de libérer cette femme et de la placer sous contrôle judiciaire en attendant sa convocation au tribunal le 13 janvier 2017. Elle devra répondre de plusieurs faits qualifiés comme violence volontaire sur personne vulnérable, rébellion, outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique…

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus