• FAITS DIVERS
  • MÉTÉO
  • Société
  • ECONOMIE
  • POLITIQUE
  • CULTURE

Près d'Etretat, l'application d'un décret risque de coûter cher à la commune d'Yport

VIDEO : à Yport, les cabines de bains vont devoir hiverner
Reportage France 3 Le Havre-Baie de Seine de Karima Saïdi et Jérôme Bègue (Rozenn Méheust) avec les interviews d'Alain Charpy (maire d'Yport), de Gilles Gautier, (directeur général des services à la mairie d'Yport) et de Fabrice Canu (restaurateur)

La loi Littoral et son "décret plage" impose le (coûteux) démontage d'une grande partie des infrastructures du front de mer de cette petite station balnéaire située entre Etretat et Fécamp

Par Richard Plumet

Hivernage obligatoire

Les cabines de plage font partie intégrante du décor des stations balnéaires du littoral de Seine-Maritime. A Etretat, où les célébrités parisiennes ont des villas depuis plus d'un siècle, avoir sa cabine sur les galets de la plage est encore, parmi les estivants, le signe le plus visible de sa condition sociale…

Un peu plus à l'Est, vers Fécamp, le front de mer d'Yport a aussi, et depuis des décennies, ses cabines traditionnelles bien alignées au pied du Chicard. Un bel ensemble qui a été entièrement refait à neuf en 2006. Des installations fixes (avec branchements électriques) qui, à la demande de la direction départementale des territoires et de la mer, vont, à partir de 2018, devoir désormais être démontées les mois d'hiver, et ce en application  de la loi Littoral.

Une dérogation ?

A Yport, cette obligation de déplacer et de démonter dès la fin octobre onze cabines et trois chalets commerciaux fait réagir municipalité et commerçants.
Surtout que, selon les premiers calculs, le coût d'une telle opération est estimé à 150.000 euros !
C'est pourquoi la municipalité d'Yport a demandé une dérogation  à l'administration.

Les cabines de plage d'Yport (Seine-Maritime) / © France 3 Le Havre-Baie de Seine
Les cabines de plage d'Yport (Seine-Maritime) / © France 3 Le Havre-Baie de Seine

 

A lire aussi

Sur le même sujet

Le coup de gueule des pompiers de Rouen

Les + Lus