Après leur confinement elles vont faire un tour du monde à vélo au départ de la Normandie

Après des mois de préparation, Pauline et Héloïse, deux sportives de Seine-Maritime, feront leur grande évasion en janvier 2021
 

Au départ de la Normandie, Héloïse et Pauline préparent un tour du monde à vélo
Au départ de la Normandie, Héloïse et Pauline préparent un tour du monde à vélo © Jérome Bègue / France Télévisions (image extraite d'une vidéo)
Elles ont 23 et 31ans. Elles étaient handballeuses mais sont devenues cyclistes. Après des milliers de kilomètres sur les routes de France, après avoir mûrement réfléchi elles ont décidé de partir.
Loin…

Leur motivation n'est pas émoussée par la pandémie ni par les semaines de confinement du printemps : elles comptent prendre le départ d'un tour du monde à vélo la première semaine de janvier 2021. 

Pourquoi à vélo ?
Pour pouvoir être libre, s'arrêter où on veut, quand on veut, d'essayer de limiter notre empreinte carbone et aussi prendre le temps, voir les paysages, profiter vraiment de ce qu'on va découvrir en roulant."

Héloïse et Pauline

durée de la vidéo: 03 min 25
VIDEO : Elles préparent un tour du monde à vélo au départ de la Normandie

"Deux nanas à vélo"

Leur tour du monde a un nom et un site Internet  2nanasàvélo.fr . Un moyen de les joindre, de les encourager et de les aider. Fin octobre, ces deux rouennaises poursuivaient leur entraînement intensif tout en collectant et en préparant le matériel nécessaire à leur aventure. Mais sans remplir leurs sacs d'objets superflus.

Prêtes à quitter le confort de leur logement :
"C'est important d'arrêter de consommer à outrance et de ne garder que ce qui est nécessaire et donner une seconde vie aux autres choses.
C'est ce qui nous motive !"
Au départ de la Normandie, Héloïse et Pauline préparent un tour du monde à vélo
Au départ de la Normandie, Héloïse et Pauline préparent un tour du monde à vélo © France Télévisions
Leur objectif : traverser 3 continents à vélo.
L'Europe, l'Asie et l'Amérique du Sud.
Soit 16 pays au total et 25 000 kilomètres à parcourir en moins d'un an.

Nous, on veut prouver à tout le monde que ce n'est pas parce que c'est deux femmes que ce sera plus dangereux."

Pauline et Héloïse

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
vélo économie transports coronavirus - confinement : envie d'évasion société sport confinement santé coronavirus/covid-19 international