Quels sont les critères pour choisir une "bonne bière"?

Publié le Mis à jour le
Écrit par Olfa Ayed avec Ayi-Benjamine Rombhot

Si les Français ne sont pas les plus gros consommateurs en Europe, le succès des bières spéciales, bio, locales se confirment. Illustration dans le Calvados.

Vivez le Festival Interceltique : Le Festival Interceltique de Lorient 2022

Qu'elles soient blondes, brunes ou ambrées, fortes en goût ou en saveur, quel est le secret d'une bonne bière ? Selon Nicolas Vieillard, brasseur depuis une quinzaine d'année à Breuil-en-Auge (Calvados), la bière, il faut savoir l'apprécier, en trois étapes : avec les yeux, le nez et la bouche.

Il y a déjà la couleur : le plaisir des yeux. Deuxième plaisir, celui du nez, et après troisième plaisir, le plaisir de la bouche.

Nicolas Vieillard, artisan brasseur dans le Calvados

France 3 Normandie

Lassé des bières classiques, cet artisan brasseur souhaite proposer des bières artisanales avec des produits naturels, des saveurs et des techniques innovantes, comme le vieillissement de bière en barrique. "Aujourd’hui on travaille avec des barriques de chêne français qui ont gardé trois ans de vin rouge. L’intérêt est que la bière va reprendre tout le passif, toute l’histoire du vin", détaille-t-il. Autre particularité de ce vin, 30 kilos de griottes y ont été ajoutés : "Il n’y a aucun colorant, c’est la griotte qui a pris le dessus. On sent la cerise rien qu’au nez."  Et à la vue de cette bière, on croirait presque voir un verre de vin. Le goût de la bière devient plus subtil, plus raffiné. 

Ces bières un peu spéciales, locales, ont la côte en France. Si, d’après les Brasseurs de France (le syndicat professionnel des brasseurs) les Français consomment en moyenne chaque année 33 litres de bière par an, ce qui en fait le dernier pays consommateur de l’Union-Européenne, les Français la consomment différemment. Soit davantage de bières spéciales et de spécialités, ce que confirme l’émergence de micro-brasseries artisanales, bio et locales sur l'ensemble du territoire.

 "C’est pour les 40 ans de mon frère : 40 ans, 40 bières"

"C’est ça qui est assez sympa avec ce produit, c’est que c’est maintenant très varié et très diversifié et on peut en retrouver pour tous les goûts, même pour les gens qui n’aimaient pas forcément la bière de base", témoigne Enzo Calbry, vendeur et barman dans une brasserie de Mondeville (Calvados), tandis qu'il emballe un coffret de 40 bières. "C’est pour les 40 ans de mon frère : 40 ans, 40 bières", indique un client.

Loin des clichés, la bière se construit une image plus qualitative. "On arrive sur un produit de plus en plus noble. Toutes ces bières-là, ce qu’on appelle les bières de spécialité au sens large, ça c’est en train un petit peu d’exploser. Le succès est aussi lié au développement de brasserie locale qui s’est développé par chez nous", explique François Planchenault, gérant d'une cave et d'un bar à Mondeville.

Et pour ce brasseur, la bonne bière, "c'est celle que vous aimez." Fin du débat.

En France, la première région en nombre de sites de production, avec près de 368 brasseries, est l’Auvergne Rhône Alpes, suivie de la Nouvelle Aquitaine (près de 244). La région Grand Est, avec plus de 50% de la production française, confirme sa position de leader, en volume, de l'hexagone.

La bière : c'est bon pour la santé ?

La bière contient de l'alcool (environ 5 % d'alcool dans un verre de bière de 340 ml/12 oz). Sa consommation n'est pas sans risques. Pour les réduire, Santé Publique France recommande de limiter sa consommation à deux verres par jour maximum et de ne pas consommer d’alcool tous les jours.

Les risques liés à la consommation d’alcool pour la santé au cours de la vie augmentent avec la quantité consommée. "Si vous consommez de l’alcool, pour limiter les risques pour votre santé au cours de votre vie, il est recommandé de ne pas consommer plus de 10 verres standard par semaine et pas plus de 2 verres standard par jour et avoir des jours dans la semaine sans consommation."