Cléon : des habitants se mobilisent pour sauver des arbres du bois des Brûlins

Publié le Mis à jour le
Écrit par Marc Moiroud-Musillo et S. Callier

Depuis le lundi 30 août, des engins ont commencé l'abattage d'arbres sur un terrain communal pour laisser place à un projet immobilier. Les riverains se battent pour sauver cet espace vert.

 

► 4 septembre 2021 : les arbres ont été abattus. Ils étaient très précieux aux yeux des habitants. Ils continuent à exprimer leur désaccord et leur tristesse. Après les tronçonneuses, arriveront des engins de chantiers pour construire un lotissement. 

Le projet est dans les cartons de la ville de Cléon (Seine-Maritime) depuis 2008. Mais depuis peu, il prend une toute autre réalité pour les habitants du secteur de la rue des Martyrs, avec l'arrivée de machines imposantes et le début de l'abattage d'arbres dans le bois des Brûlins. Le site doit prochainement accueillir 30 maisons dans le cadre d'un projet immobilier privé suite à la vente de terrains par la commune.

Il faut savoir que mes enfants étaient là hier à l'heure du goûter. Au moment où ils allaient rentrer à la maison, ils ont aperçu une grosse machine venir abattre des arbres. Ils ont eu vraiment peur. Ils étaient pris de panique."

Karim Jaafar, riverain

Quand des habitants de Cléon tentent de stopper l'abattage d'arbres au bois des Brûlins ©19/20 Normandie

Le projet fait débat depuis déjà plus d'un an, mais face à l'arrivée des machines, la vingtaine de riverains a alerté les associations écologistes pour stopper la coupe des arbres. Une requête en référence suspensif a été déposée mardi 31 août au matin par l'association "Verts et solidaires".

C'est une aberration écologique non seulement pour tous les gens qui vivent autour de ce site mais aussi pour tout Cléon. Ce bois est un îlot de fraîcheur et de biodiversité, un poumon vert. Comme vous pouvez le constater tout est en train de disparaître pour construire des maisons."

Martine Depauw, riveraine et membre de l'association "Verts et Solidaires"

Ce constat est d'autant plus étonnant que désormais, l'Etat tente de limiter l'étalement urbain, l'artificialisation des sols et la destruction des terres agricoles.