Coronavirus : les chantiers vont-ils reprendre en Normandie?

En Normandie, 63% des entreprises ont dû stopper totalement leur activité à cause du confinement. / © Stéphane l'Hôte / France Télévisions
En Normandie, 63% des entreprises ont dû stopper totalement leur activité à cause du confinement. / © Stéphane l'Hôte / France Télévisions

Un certain nombre de chantiers pourraient redémarrer, dans des conditions très précises, d'ici une quinzaine de jours. Un guide de préconisations pour assurer la sécurité sanitaire sur les chantiers du BTP est désormais disponible.

Par AP

Des chantiers à l'arrêt depuis bientôt trois semaines. En Normandie, la Fédération Française du Bâtiment estime que 63% des entreprises ont dû stopper totalement leur activité à cause du confinement.  Mais le gouvernement souhaite désormais remettre le BTP au travail. Un certain nombre de chantiers pourraient redémarrer, dans des conditions très précises, d'ici une quinzaine de jours. 

Un guide de préconisations pour assurer la sécurité sanitaire sur les chantiers du BTP

Depuis le 2 avril 2020, les patrons du secteur ont alors mis à disposition un guide de bonnes pratiques pour reprendre les chantiers et les aider à adopter les mesures de prévention adaptées et à respecter les consignes sanitaires dans le contexte d’épidémie du coronavirus Covid-19. 
 
 Publication du guide de préconisations sanitaires sur les chantiers / © Capture écran OPPBTP
Publication du guide de préconisations sanitaires sur les chantiers / © Capture écran OPPBTP

Parmis ces bonnes pratiques : privilégier les déplacements seul dans les véhicules, remplir des questionnaires de santé pour les clients et les employés, ou encore porter des masques quand la distance d'un mètre entre les personnes ne peut pas être respecté.

Reportage : Félix Bollez et Stéphane L'Hôte


Des règles qui semblent difficilement applicables

"Il va être applicable au cas par cas, c'est à dire sur les petits chantiers", explique Olivier Rouseille, président de la fédération française du bâtiment en Seine-Maritime. 

"Il va falloir qu'on réfléchisse nous dans les entreprises. Il va falloir q'on reçoive nos salariés sur la base du volontariat pour expliquer la mise en oeuvre de ce guide et l'utilisation des matériels qu'on a à leur mettre à disposition. Donc il va y avoir beaucoup de travail de préparation."
 
Chantier à Rouen / © Stéphane l'Hote/France Televisions
Chantier à Rouen / © Stéphane l'Hote/France Televisions

Dans un secteur où les questions de sécurité et d'hygiène sont déjà sensibles, cette nouvelle donne inquiète les représentants syndicaux de l'inspection du travail.

"Notre crainte, c'est qu'on a une guide qui engage le patronat du bâtiment et le ministère du Travail mais qui, en pratique, ne soit pas effectif sur la vie des chantiers.", commente Gérald Le Corre, responsable des questions de santé au travail à la CGT de Seine-Maritime. 

"Cela est d'autant plus vrai que le ministère du Travail a annoncé, comme d'autres, qu'on serait pratiquement à zéro contrôle de l'inspection du travail, des services de prévention et de la médecine du travail.

De son côté, la Fédération Française du Bâtiment estime que seulement 36% de ses entreprises sont en capacité de reprendre leur activité dans ces conditions.
 
Chantier à Rouen / © Stéphane l'Hote / France Televisions
Chantier à Rouen / © Stéphane l'Hote / France Televisions

Vers une reprise progressive

Sans attendre la sortie de ce guide, les quatre principales fédérations professionnelles du BTP, la Fédération française du bâtiment, la Fédération nationale des travaux publics, la Confédération de l'artisanat et des petites entreprises du bâtiment et la Fédération Scop BTP ont publié un communiqué de presse commun dans la journée du 2 avril.

Ils annoncent qu'ils se "mobilisent pour créer les modalités d'une reprise progressive des chantiers dans des conditions sanitaires qui protègent les salariés et les employeurs". Ils soulignent que "la protection des salariés est une priorité absolue".

"La reprise progressive consacrée aux activités essentielles puis à l'ensemble des activités en fonction de l'évolution de la situation sanitaire et des particularités locales, nécessite des conditions sécurisées tant à l'égard des entreprises que des salariés pour assurer leur sécurité, leur santé et leur intégrité", avance le communiqué.


 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus