Coronavirus : les forains de la Foire Saint Romain s’organisent, faute d’activité

Comme de nombreux indépendants, les forains souffrent. Alors qu'ils commençaient à peine leur saison, celle-ci s'est arrêtée net par le confinement. Ils s'inquiètent et s'interrogent et aimeraient avoir un peu de visibilité pour les mois à venir.
Face aux mesures de confinement, les forains s'adaptent.
Face aux mesures de confinement, les forains s'adaptent. © B.Belamri / France Télévisions
Des forains privés de foire. Le début de la saison est entaché pour cette profession nomade. Ils tentent de s'adapter à cette crise, notamment en proposant de la vente à emporter. C'est le cas de la famille Hector, forains installés à Rouen. Peter Hector a décidé d'installer son stand de rôtisserie sur un terrain en bord de Seine.

Loin de l'activité classique qui emploie jusqu'à 30 personnes, il s'agit pour lui de faire tourner ses machines et de se dégager un minimum de revenus grâce à à la vente à emporter.

On a besoin d'un minimum de rentrée d'argent. Aujourd'hui, on va dire que c'est un plan B, même D... On se donne un objectif assez bas pour avoir peut-être des bonnes surprises. Mais on en a besoin , c'est vital.

 Reportage : B.Dunglas, B.Belamari, P.Léonard

Les foires annulées ou reportées

Habitant de Rouen avec sa famille, le jeune homme est aussi représentants des forains de la Foire Saint Romain à Rouen. Il est aujourd'hui inquiet car sur les neuf foires sur lesquelles il s'installe habituellement, quatre ont été annulée et une seule confirmée. Les autres sont suspendues pour l'instant.
 

On a besoin de savoir comment on va faire pour réussir à surmonter notre matériel, pour tous nos investissements qui sont en cours et quand est-ce qu'on va pouvoir reprendre notre activité pour pouvoir essayer de vivre normalement


Un peu plus loin dans la caravane de son père confiseur, c'est le grand nettoyage. Pierre Hector a fabriqué plus de 800 crêpes et pommes d'amour pour le personnel soignant. Une action de solidarité qui permet aussi de "garder le coup de main", comme il dit. Mais il attend avec impatience de pouvoir reprendre son activité. 
 
La famille Hector a offert quelques 800 crêpes et des pommes d'amour au personnel soignant du CHU de Rouen.
La famille Hector a offert quelques 800 crêpes et des pommes d'amour au personnel soignant du CHU de Rouen. © France Télévisions
 

"C'est difficle de rester à ne rien faire."


"On sort déjà d'une période d'hiver qui n'a pas été très forte . L'hiver, on est un peu en hibernation et au moment où on doit ressortir, il y a le confinement. Au moment où les meilleures fêtes arrivent. Nancy, Foire du Trône, etc...", nous confie Pierre Hector.
 

On va rester presque 6 mois sans travailler... et sans rentrée d'argent. Il va bien falloir qu'on trouve une solution pour arriver à exploiter quelque chose pour faire rentrer de l'argent. On n'a le droit à rien. Ce qu'on veut c'est qu'on nous aide autrement, en ouvrant soit nos confiseries en isolés, par exemple.


Pour de nombreux forains la saison commence en mars, jusqu'à l'automne. Ils attendent donc avec impatience des propositions pour que 2020 ne soit pas une année blanche. L'édition 2019 de la foire Saint Romain avait été tachetée par l'incendie de l'usine Lubrizol. Reste à savoir si l'édition 2020 se déroulera normalement....

 



 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société économie