L'Etat autorise le port de Rouen à déverser ses boues au large du Calvados

© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Les préfets de Seine-Maritime, du Calavdos et de l'Eure ont pris le 287 avril dernier un arrêté autorisant le port de Rouen à immerger en mer 50 millions de m3 de sédiment durant 10 ans au large des côtes du Calvados.

Par CM avec AFP

Le 27 janvier dernier, la commission d'enquête publique avait rendu un avis favorable au projet d'Haropa port de Rouen. Ce dernier demaindait l'autorisation d'immerger 45 millions de m3 à 17 km environ des côtes du Calvados dans le secteur dit du Machu (au large de Deauville) sur une surface de 7,15 km2. Et 5 autres millions au large de Honfleur. Le but: maintenir l'accès au chenal du port de Rouen, dont les retombées en "emplois directs et indirects ne sont pas négligeables (18.000 emplois)", selon la commission d'enquête publique. Vendredi dernier, les préfets des trois départements concernés ont pris conjointement un arrêté préfectoral autorisant la mise en oeuvre de ce projet.

De nombreux avis défavorables se sont pourtant exprimés durant l'enquête publique menée du 14 octobre au 17 novembre. Ces derniers étaient même majoritaires (64 sur 81 avis recueillis). Mais la commission, dans ses conclusions, avait balayé d'un revers de la main les craintes d'un risque de pollution indiquant que "ces sédiments présentent une qualité chimique inférieure au seuil réglementaire du fait de leur provenance essentiellement maritime et de leur faible temps de séjour dans le chenal".

Un avis que ne partagnet pas les opposants au projet, comme certains Cabourg et Merville-Franceville, deux communes du littoral calvadosien qui vont appuyer financièrement un recours déposé par plusieurs associations de défense de l'environnement. "Ces sédiments apparaissent certes comme peu pollués mais quand on fait le cumul, sur 50 millions de m3, ça finit par faire un certain volume de pollution", a déclaré à l'AFP Olivier Paz, maire LR de Merville et président de la communauté de communes Normandie-Cabourg-Pays-d'Auge. L'élu normand a regretté que l'Etat n'ait pas restreint son autorisation à 5 ans et obligé le port à trouver d'autres solutions d'ici là.

A lire aussi

Sur le même sujet

Maxime Mettot, syndicat alliance- normandie

Près de chez vous

Les + Lus