Les motards ont à nouveau manifesté contre la ZFE dans la métropole de Rouen

Publié le Mis à jour le
Écrit par Richard Plumet .

Un millier de motards a défilé dans les rues de plusieurs communes de l'agglomération de Rouen (Seine-Maritime) avec des haltes devant les mairies pour protester contre la mise en place, à l'automne 2022, de "zones de faibles émissions" où la circulation de nombreux véhicules sera interdite.

Ils se sont rassemblés sur la rive gauche de Rouen, à proximité du siège de la métropole, avant de partir en cortège en direction de Darnétal, Le Mesnil-Esnard et Bonsecours.

Puis les centaines de motos sont revenues à Rouen, où après une remontée de la rue de la République, elles ont stationné place de l'hôtel de ville.

La raison de cette manifestation  du samedi 30 avril 2022, organisée par la fédération des motards en colère de Seine-Maritime (FFMC 76), est la même que pour celle du 19 mars. Les motards ne veulent pas de la ZFE, (zone à faibles émissions) qui va être mise en place en septembre sur une partie du territoire de la métropole Rouen Normandie, à Rouen et dans plusieurs communes limitrophes.  

Cette nouvelle réglementation, visant à lutter contre la pollution de l'air, aura pour conséquence l'interdiction de circuler pour de nombreux véhicules :   

"La ZFE-m va s’étendre au 1er septembre 2022 à tous les véhicules y compris ceux des particuliers (scooter, moto, tricycle motorisé, voiture sans permis, voiture, utilitaire léger, poids lourd, autobus, autocar …) afin de faire disparaître les dépassements de seuils de polluants engendrés par le trafic routier. Sauf dérogations spécifiques, la circulation et le stationnement dans la zone ne seront plus possible aux véhicules avec une vignette Crit’Air 4 ou 5 ou « non classé » soit, pour un deux roues un tricycle, un quadricycle à moteur, un cyclomoteur, un motocycle, Norme Euro 2 ou inférieure ou une 1ère immatriculation avant le 1er juillet 2004."  

Les motards, via la FFMC 76, demande à être exclus de ce dispositif de ZFE.

"La pollution des motos c'est 1,8% de ce qui circule. Et les motos c'est 5% du total de la circulation."

Jean-Philippe Ridel, coordinateur FFMC 76

Comme l'explique Jean-Philippe Ridel, coordinateur FFMC 76, "les motos ne représentent que 5% de ce qui circule en centre-ville de Rouen  oui dans la métropole et la pollution de l'air par les motos bien inférieure à celle des véhicules, tout confondu."

Il ajoute que cette deuxième manifestation en deux mois est la conséquence du silence de la métropole aux revendications de la FFMC 76 :

"On remet ça parce que le dialogue est complétement coupé avec la Métropole, c’est-à-dire qu'ils ne veulent absolument pas  envisager la sortie des deux-roues motorisées  du dispositif des ZFE, en argumentant  le fait que les motos sont des moteurs thermiques. Donc ce qu'on voudrait, c'est que le problème soit vu dans son ensemble et pas par le petit bout de la lorgnette et par dogmatisme."

durée de la vidéo : 01min 53
Un millier de motards a défilé dans les rues de plusieurs communes de l'agglomération de Rouen (Seine-Maritime) avec des haltes devant les mairies pour protester contre la mise en place, à l'automne 2022, de "zones de faibles émissions" où la circulation de nombreux véhicules sera interdite. ©France Télévisions

Jean-Philippe Ridel ajoute qu'il va envoyer lundi prochain un courrier à Nicolas Mayer-Rossignol, maire de Rouen et président de la Métropole Rouen Normandie pour lui demander "de repartir sur de vraies négociations, c’est-à-dire des négociations où, effectivement, on est capable d'obtenir et de mettre en place des aménagements au dispositif de ZFE, ce qui est tout à fait dans son pouvoir, et possible, puisque d'autres métropoles l'ont fait."  

S'il n'y a pas de dialogue, Jean-Philippe Ridel prévient : la prochaine manif des motards en colère bloquera Rouen…

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité