LYBO : “Peaux Bleues”, un manifeste en musique contre les idées reçues et préjugés de tous bords

© Hélène Jayet
© Hélène Jayet

En résidence à l'atelier 231 à Sotteville-lès-Rouen, la compagnie Oposito travaille sa nouvelle création "Peaux Bleues". Ce groupe affiche ses valeurs, celles de l’égalité des chances et du droit de faire exister sa différence.

 

Par Julie Howlett

Depuis près de 40 ans, la compagnie Oposito sillonne les routes de la planète. C'est une troupe francilienne qui fait escale à l'Atelier 231 pour une résidence de 10 jours. 

L’Atelier 231, c'est l’un des 14 Centres Nationaux des Arts de la Rue et de l’Espace Public (CNAREP) en France. Inauguré en 1998 et labellisé par le Ministère de la Culture en 2010, l’Atelier 231 est une friche industrielle dont la réhabilitation en lieu culturel destiné aux arts de la rue a été entièrement pensée avec les compagnies.


La compagnie Oposito peaufine sa nouvelle création  « Peaux bleues », un spectacle en mouvement pour 12 interprètes. Ce groupe affiche ses valeurs, celles de l’égalité des chances, du droit de faire exister sa différence. C'est un manifeste en musique contre les idées reçues et les préjugés. 

Chacun regardera ce spectacle avec sa propre grille de lecture et verra des choses différentes : soit 12 noirs, soit 12 artistes, soit 12 artistes noirs. "Peaux Bleues", c'est la diversité et le regard qu'on a sur l'autre. On peut avoir l'air d'être d'ailleurs mais en fait on est d'ailleurs et également d'ici. Moi, par exemple je suis française et je suis née ici.
Nala Dahl, bassiste
 

"Le spectacle de rue est un langage artistique moderne aux racines cosmopolites"



Dans quelques semaines, "Peaux bleues" aura sa forme définitive et se jouera en extérieur.
Car cette compagnie manifeste son art, dans l'espace public avec une conviction : le spectacle de rue est un langage artistique moderne aux racines cosmopolites.
Avec ses spectacles, Oposito  provoque des rencontres et aime tisser des liens, mélanger les gens et les genres.
 

L'aventure des arts de la rue, pour les artistes c'est d'aller devant un public, tout public, et d'arriver à trouver quelque chose pour qu'il se réunisse. Trouver un langage suffisamment "universel" pour que tout le monde s'y retrouve et se sente vivre un moment en commun.
Jean-Raymond Jacob, directeur artistique Oposito


A la fin de sa résidence, Oposito présentera au public une étape de son travail jeudi 19 mars à 19 heures. L'entrée est gratuite.
En accueillant des compagnies très diverses, l'Atelier 231 nous propose de découvrir toutes les formes d'écritures des arts de la rue.

 

Reportage à l'Atelier 231 sur la résidence d'Oposito et autres idées de sorties culturelles avec "Les yeux bien ouverts" :
 
LYBO : "Peaux Bleues", un manifeste contre les idées reçues et préjugés de tous bords
 

Autres idées de sorties


Suite aux mesures annoncées par le gouvernement interdisant les rassemblements de plus de 100 personnes, de nombreux spectacles sont annulés. Mais certains sont maintenus sur de petites jauges ou des jauges seront revues à la baisse.


Une comédie caustique sur le monde de l'entreprise au Petit Théâtre au Havre vendredi 13 et samedi 14 mars à 20h30..
Dans le Building, des étages, il n’y en a pas 12, il n’y en a pas 14, il y en a 13 ! Ce ne peut être que fortuit, cela n’a rien à voir avec la poisse, la peur ou le malheur car dans Building on mord dans le bonheur à pleines dents : celui du travail en entreprise !
Ce soir, chez « Consulting Conseil », c’est la fête du bilan annuel. Mais en attendant, la journée commence. Le président doit atteindre le 13e étage, les hôtesses doivent être des hôtes impeccables, les comptables doivent compter, les  brainstormeurs doivent brainstormer, les agents d’entretien doivent entretenir, les coachs doivent coacher, les directeurs doivent diriger… Bref, tout le monde s’affaire à la tâche qui lui est due : satisfaire les actionnaires ! Building ! Une ascension vers la chute, rythmée par des crashs de pigeons contre les baies vitrées. Une comédie caustique sur le monde du travail toujours d’actualité.


Les femmes artisanes de Normandie mises en lumière sous l’objectif de Caroline Bazin.
Depuis 5 ans, elle part à la rencontre d'artisanes pour les photographier dans leur atelier sans aucune mise en scène. Ces portraits justes et sans artifice permettent de mieux appréhender le métier de ces femmes et de rendre hommage à leur savoir-faire. 52 de ces clichés font l'objet d'une exposition, à l'hôtel Bourgtheroulde à Rouen.
“Entre leurs mains” est un projet photographique destiné à promouvoir et mettre en lumière le savoir-faire des artisanes de Normandie sur des métiers artisanaux, parfois métiers d’art ou métiers rarement occupés par des femmes.

 

A lire aussi

Sur le même sujet

toute l'actu musique

toute l'actu Danse

Les + Lus