Mois de janvier sans alcool : testez la sobriété !

© PHILIPPE HUGUEN / AFP
© PHILIPPE HUGUEN / AFP

Une soixantaine d'associations françaises se sont inspirées de l'exemple anglais pour proposer une trêve dans notre consommation d'alcool. Après les excés des fêtes de fin d'année, le mois de janvier 2020 est idéal pour relever le défi ! Exemple en Normandie
 

Par Myriam Libert


On connaissait le mois sans tabac, voici le mois sans alcool !
Sur le modèle anglais du "dry juanary" qui a fait ses preuves depuis 2013, la France se lance dans ce mouvement international. 

 

Quel rappport entretenez vous avec l'alcool ?

Buvez vous quotidiennement, le week end seulement, jamais en dehors des fêtes ? Etes vous dépendant de son effet anxyolitique et enivrant ? 
Le mois sans alcool est avant tout un moment pour comprendre cette relation, et se poser la question d'une éventuelle dépendance. 
Il ne s'agit pas de culpabiliser les bons vivants ou de dénigrer les consommateurs, mais juste de se tester !
Suis je capable de faire la fête sans boire un verre, de dîner sans vin, d'oublier le sacro saint apéro ? 

On sait que la dépendance à l'alcool et à ses effets commence tôt, et parfois même à l'adolescence. Les associations espèrent donc toucher les jeunes avec cette initiative.             

L'entrée dans l'alcool chez les jeunes est de plus en plus précoce, et comme le mois sans tabac a du succés, on a décidé de s'en inspirer. En grande Bretagne, ça marche très bien ! 
- Yvon Graïc, président de France Assos Santé Normandie 


  "Le fait d'avoir une réflexion sur ses pratiques peut amener à se poser les bonnes questions. Est ce que là j'étais obligée de boire un verre de plus, est ce que cette soirée là j'étais obligée de boire de l'alcool ? " analyse Mélanie Jeansoule, chargée de prévention à la Ligue contre le cancer. 

Car une consommation excessive d'alcool peut entrainer des effets délétères sur notre mémoire, notre moral et notre relation aux autres.
Mais il est aussi le responsable de nombreuses pathologies graves, digestives ou cardio vasculaires et à l'origine de certains cancers.

Pour profiter des plaisirs de l'alcool sans subir ses méfaits, certains médecins préconisent de ne pas dépasser deux verres par jour, et de ne pas consommer quotidiennement . 
 
Janvier sans alcool


Tempérance ?

En France, le ministère de la Santé était prêt à relayer cette campagne, avant de se rétracter sous la pression des groupes d'intérêt. 

Les restaurateurs et cafetiers préconisent plûtot la tempérance contre l'abstinence. Boire modérément donc...C'est le cas de Philippe Coudy, représentant de l'hôtellerie restauration dans la région rouennaise :  "Plutôt que l'abstinence ou la surconsommation, une modération et un contrôle sur soi dans ce type de boissons me parait plus intelligent !" 

Chacun trouvera son propre intérêt dans cette initiative du "dry juanary", mois sec mais riche en réflexions . 
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus