Un motard attaqué au couteau sur un passage clouté près de Rouen

La victime voulait protéger des automobilistes dans une rue de Maromme (Seine-Maritime)

Par Richard Plumet

Un cran d'arrêt dans la poche

La scène se passe dans le centre de Maromme ce mercredi (22 juin 2016). Il est un peu plus de 15h quand une voiture circule rue de la République. Elle vient de Déville-lès-Rouen et se dirige vers Notre Dame de Bondeville. A l'intersection avec la rue des Martyrs, le feu est au vert et la voiture passe. Mais au même moment un piéton descend du trottoir et s'engage sur le passage clouté pour traverser.

Surpris, le conducteur de la voiture freine brusquement et klaxonne pour signaler au piéton qu'il y a danger et que ce n'est pas à son tour de passer. Le piéton s'arrête alors au milieu de la chaussée, sort de sa poche un couteau à cran d'arrêt (avec une lame d'une bonne dizaine de centimètres)  et se dirige vers la voiture à bord de laquelle se trouve un couple.

Témoin de la scène, un motard décide aussitôt d'intervenir. Il descend de sa moto et s'interpose entre la voiture et l'homme armé. Face au motard, le piéton hésite un instant puis fait demi-tour et s'éloigne. Mais dans la seconde qui suit, il revient vers le motard et le poignarde dans le dos. L'agresseur prend la fuite en courant et disparait.

L'agresseur est recherché

Plusieurs personnes ont assisté à la scène. A commencer par les passagers de la voiture. Les secours sont appelés et arrivent rapidement sur les lieux. Pendant que les Sapeurs-Pompiers prennent en charge le blessé et le conduisent au CHU de Rouen, les policiers entendent les témoins. Introuvable, l'auteur du coup de couteau est activement recherché.

Il s'agit d'un homme âgé d'une cinquantaine d'années, aux cheveux blonds coupés très court, mesurant environ 1,65 mètre et portant des lunettes de vue.  Au moment de l'agression il portait un blouson de cuir marron foncé.

Le couple qui était dans la voiture a décidé de déposer plainte.
Ce jeudi matin, la police indiquait à la rédaction de France 3 Normandie que les jours de la victime n'étaient pas en danger.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus