Hand fauteuil : rencontre avec Thomas, 14 ans, classé parmi les meilleurs joueurs français

Publié le Mis à jour le
Écrit par Mathilde Riou et Félix Bollez

Il est l’un des meilleurs joueurs en France et il est normand. Originaire de Barentin près de Rouen, Thomas Dauzet-Vangeon pratique le hand fauteuil depuis 6 ans. Un sport qui lui a permis d’accepter son handicap.

S’il fallait une nouvelle fois démontrer les vertus du sport, Thomas est un très bel exemple. Il y a 6 ans, il perd l’usage de ses deux jambes après une opération qui tourne mal. A l’âge de 8 ans, on lui détecte un lipome sur la moelle épinière qui dégradait sa motricité. En 2016, le succès de l’intervention chirurgicale tentée n'est pas au rendez-vous : « on ne m’a pas annoncé tout de suite que j’étais handicapé, je n’ai pas ce souvenir la en tout cas ! Je l’ai plutôt appris à mes dépends. J'ai ressenti de la colère, de la tristesse car on se dit qu’on ne pourra plus jamais être comme les autres enfants».

Le sport comme thérapie  

Ses parents l’aident à surmonter la terrible épreuve : « je n'en veux à personne c’est comme ça, il faut accepter, il faut continuer d’avancer sinon on se détruit et lui on le détruit aussi. Ce n’est pas ce que j’avais envie de lui faire voir et lui montrer » témoigne sa maman. Cette acceptation du handicap est passée par le sport : « le sport, ça m’a permis d’évoluer musculairement, physiquement parlant mais aussi psychologiquement en me disant que ce n’est pas parce que tu es handicapé que tu ne peux rien faire : on peut faire du sport comme tout le monde, on peut faire des activités comme tout le monde différemment ».

Son père l’a emmené à Canteleu, pour pratiquer tous les mercredis le hand fauteuil. Une révolution pour l’adolescent qui s’est révélé dans ce sport exigeant : « il va vite ! Il est autant rapide dans les passes que dans le changement de statut : de la défense à l’attaque. Il est vraiment adaptable à chaque poste : autant ailier que arrière ! Il a vraiment un don » précise sa coach Lenaëlle Carpentier.

Pour avancer et se reconstruire, Thomas peut aussi compter sur l’aide de professionnel de santé. Avec sa kinésithérapeute, il travaille la souplesse des jambes et le renforcement musculaire pour sculpter le haut de son corps : « on a vu Thomas changer grâce au sport : du changement vraiment positif. La façon d’aller vers les autres, sa façon de communiquer, la confiance qu’il peut avoir en lui, la confiance qu’il peut donner aux autres aussi. Il peut être très fier de lui c’est exceptionnel ! » précise Claire Romain sa kinésithérapeute.

Des instants de complicité avec son père

Sur le parquet de Canteleu, ¾ des joueurs sont valides dont le père de Thomas. Le hand fauteuil efface durant quelques heures les différences. Les qualités de Thomas lui ont permis d’être surclassé dans sa discipline. A 14 ans, le normand est les plus jeunes membres de l’équipe Elite, le regroupement des meilleurs joueurs Français.   

Son père savoure le chemin parcouru : « ça me fait très plaisir, quand je l’ai emmené il y a 6 ans il était dans un état pitoyable. Il ne voulait plus sortir ni voir personne. Maintenant on s’éclate tous les deux. On oublie le handicap, on oublie tout, on s’amuse et on profite. C’est un moment privilégié ».

Depuis, Thomas n’a qu’un seul objectif en tête : « Devenir le meilleur joueur français, c’est un rêve que j’ai en tête et je vais tout faire pour l’accomplir ». Il espère également voir la discipline devenir olympique en 2028 pour y représenter les couleurs de la France.