Syndicats d'enseignants et parents d'élèves inquiets pour le coût de la prochaine rentrée

© France 3 Normandie / Image extraite de la vidéo du JRI Bruno Belamri
© France 3 Normandie / Image extraite de la vidéo du JRI Bruno Belamri

C'est l'une des conséquences de la réforme des lycées : il faut renouveler l'ensemble des livres scolaires
 

Par Richard Plumet (avec R. Deh)

La rentrée scolaire de septembre 2019 s'annonce tendue. Dès ce début avril, les syndicats d'enseignants dénoncent et critiquent les réformes prévues par le gouvernement.
Parmi les changements à venir il y a notamment celui qui concerne la refonte totale du programme d'enseignement des lycées. Et qui dit nouveaux programmes dit nouveaux manuels scolaires.  

Si la FCPE s'inquiète de cette dépense supplémentaire qui va, selon cette fédération de parents d'élèves, pénaliser les familles à revenus modestes, de son côté, le syndicat SNES/FSU, opposé à la réforme du lycée, s'interroge quant à lui sur le contenu des programmes qui seront dans les manuels actuellement en cours d'édition.

Ce que résume, à Rouen, Claire-Marie Féret, co-secrétaire académique du SNES/FSU :
"Les programmes pour la Seconde et la Première de l'année prochaine 2019-2020 viennent de paraître, les collègues commencent à les découvrir, c'est donc effectivement très tardif pour une application en septembre prochain…"

Quant aux manuels, ils doivent être en cours de rédaction, avec des programmes qui viennent d'être finalisés. On craint fort que ces manuels soient rédigés dans la précipitation puisqu'il faudrait qu'ils soient prêts, donc édités, parus pour le mois de septembre. Il risque donc, comme lors de la réforme des collèges d'y avoir de nombreuses erreurs et de nombreux chapitres bâclés dans l'ensemble des manuels proposés.
Les manuels scolaires sont un des exemples de la précipitation dans laquelle la réforme se met en place.

Normandie : inquiétude pour le coût de la prochaine rentrée
VIDEO : le reportage de Raphaël Deh et Bruno Belamri (montage : Marie-Céline Varin)


Qui va payer ?

La dépense liée à l'achat de ces nouveaux livres est estimée à un montant compris entre 180 et 200 euros par lycéen. Une aide du conseil régional de Normandie (qui a en charge la gestion des lycées) serait à l'étude. En attendant, elle est déjà réclamée par des parents d'élèves et des élus régionaux d'opposition.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Gestion de l'incendie Lubrizol : le préfet assume

Les + Lus