Villers-Ecalles : la grève se poursuit chez Ferrero

C'est la première grève chez Ferrero en 37 ans d'activités. Depuis trois jours, les salariés ont cessé le travail pour demander une augmentation des salaires.

© DR
Le mouvement de grève a commencé le 29 mai et les salariés de Ferrero ne comptent pas baisser les bras. Quelques jours plus tôt, se tenait la réunion annuelle de négociation entre les représentants du personnel et la direction de l'entreprise. Les deux parties n'ont pas réussi à se mettre d'accord. Les syndicats réclament notamment une augmentation des salaires plus importante que celle proposée par la direction.

Nous demandons une augmentation générale à hauteur de 4,5% pour les ouvriers, employés techniciens et les agents de maitrise. Nous souhaitons également une prime "pouvoir d'achat" d'un montant de 900€. Enfin pour ceux qui travaillent en horaires décalés, la nuit, nous demandons à ce que leurs salaires soient majorés à 25% - Fabien Lacabanne, délégué syndical FO

Du côté des syndicats on explique également que les conditions de travail doivent être améliorées. Selon eux, les salariés sont "usés" et les machines vieillissantes. La direction de l'entreprise n'a pas souhaité s'exprimer auprès de la rédaction de France 3 Normandie. Elle a transmis par communiqué son souhait de continuer les discussions.

 
Communiqué de la direction de Ferrero
Communiqué de la direction de Ferrero © France 3 Normandie

L'incompréhension des salariés est d'autant plus forte que les résultats de Ferrero en France sont en hausse avec un chiffre d'affaire de plus 1,2 milliards d'euros. La suite des négociations entre les deux parties aura lieu le 13 juin 2019.

VIDÉO : reportage à l'entreprise Ferrero de Villers-Écalles
 
Villers-Ecalles : la grève se poursuit chez Ferrero
(Reportage : Stéphane Gérain, Jérôme Bègue)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
grève économie social emploi